Chief Kamachi – The Clock of Destiny (2010)

27 04 2010

 

Destitué de son rang au sein de l’Army of the Pharoahs, ce n’est pas par hasard si l’on apprend que l’auto proclamé messie du mic revient rapidement dans les bacs avec son troisième ouvrage. Comme pour contrer son absence du dernier AOTP (The Unholy Terror) que je vous ai récemment chroniqué, Chief Kamachi re débarque par magie après 4 ans de routes et de collaborations avec son nouveau solo The Clock of Destiny. Si au premier abord on est en droit de se demander s’il fera le poids face à ses anciens partenaires, l’album lui ne nous laisse aucun doute! L’entrée sur 2nd Lecture (produite par les Snowgoons) est simplement héroïque, la bande son d’une résurrection, d’un pamphlet vengeur et destructeur envers quiconque se mettrait au travers son chemin. Finis la perte de temps, la vie est trop courte pour les futilités, alors Kamachi va droit au but et certifie une douzaine de tracks ténébreuses qui nous happent comme toujours grâce à sa rugueuse plume descriptive et à sa voix roque reconnaissable entre mille. Lire le reste de cette entrée »





Brooklyn Academy – Bored Of Education (2008)

16 11 2008

On en entend de toute part sur les super groupes qui doivent se former et sortir un album d’ici peu de temps… Bien souvent, ces projets se terminent en un non-lieu plus que frustrant pour les auditeurs. Désormais, à chaque annonce de la sorte on ne se fait plus du tout d’illusion, notre espérance laisse le temps couler et puis on verra ce qu’il en adviendra… Le bout du tunnel, c’est ce que viennent de voir les trois rappeurs underground Pumpkinhead, Block McCloud et Mr. Metaphor. Treize ans après leur rencontre et une carrière solo chacun de leur côté, ils débarquent ensemble pour enfin révéler leur premier album commun avec la Brooklyn Academy. Tous originaires de ce prolifique quartier de New-York, ils en font majoritairement l’éloge tout le long du disque avec une ambiance à la fois street et magique, dans la pure tradition de ce qui sort des rues de Bk (« Close Your Eyes » produite par Twice). Lire le reste de cette entrée »





Snowgoons – Black Snow (2008)

12 07 2008

L’équipe de producteurs allemands connu sous le blaze de Snowgoons n’a pas fini de vider son chargeur de German Luger l’an passé. Vous étiez, à juste titre, un bon nombre d’Hip Hoper a succombé sous l’impressionnante avalanche de collaborations et ses morceaux dynamites qui en résultaient. Quelques mois auront suffi pour rechausser les skis et repartir sur la piste d’un album frigorifique baptisé « Black Snow » et toujours épaulé par le charismatique label Babygrande Records. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore l’aventure des Snowgoons résulte d’un effet boule de neige; une rencontre avec Virtuoso à Boston engendra la connaissance de Jus Allah, Chief Kamachi, et ainsi de suite la connexion avec le who’s who de l’underground eastcoast était faite. Les beats de ce combo étant plus qu’alléchant on comprend l’engouement et l’acceptation de tous ces rappeurs à venir lâcher dessus quelques verses. Lire le reste de cette entrée »





Snowgoons – German Lugers (2007)

12 05 2007

Soyez en sûr, les grands producteurs Hip Hop ne viennent pas forcément du pays de l’Oncle Sam. Mais rares sont ceux qui viennent de l’étranger et arrivent à percer cette bulle américaine pour convaincre certains rappeurs de venir poser sur leurs sons. Cependant depuis quelques années, les mentalités changent, les esprits se sont de plus en plus ouverts, ces rappeurs retrouvent souvent en eux une fraîcheur musicale qu’ils avaient perdu d’ouïe (on dit bien perdu de vue) depuis quelques années. En France, on connaît surtout les Get Large qui ont réussi à s’imposer sur la scène new-yorkaise, plus précisément du côté du Queensbridge. En Allemagne ce sont donc les Snowgoons qui au travers de ce projet ont réussi un gros coup via Babygrande. Composé de Det et Dj Illegal, rejoints un peu plus tard par Torben et Dj Waxwork, ils n’ont pas manqué de séduire rapidement des grosses pointures US avec leurs univers mystérieux et leurs sons glacés, frissonnant comme la détonation d’un German Luger. Ce n’est pas un hasard s’ils ont pour références et principales influences le Wu-Tang, Jedi Mind Tricks, mais aussi DJ Babu, DJ Premier pour l’art de manier les platines. Lire le reste de cette entrée »