Prodigy – Product Of 80’s (2008)

7 10 2008

Histoire de rassurer ses fans, le ‘head nigga in charge’ a récemment envoyé de ses nouvelles via une lettre qu’on a pu lire sur son myspace et sur le site this50.com. On était ravis de le revoir en forme avec ses deux excellentes dernières sorties que sont le street album « Return of The Mac » et la tant attendue suite « H.N.I.C. 2 ». Et le rappeur laisse transparaître de cette lettre une sensation plus rageuse que jamais, mais sur fond de désolation, d’ennui. Normal me direz-vous lorsque vous êtes condamnés à être enfermés entre quatre murs bâtis avec les pierres de la loi. Trois ans et demi c’est long, très long, trop long même pour un artiste comme Prodigy qui depuis ses débuts avec Mobb Deep ne s’était pas aussi longuement éloigné des studios d’enregistrement. Et ce n’est que le début de sa peine… L’écriture et la lecture sont donc ses seules échappatoires, et le bon point à en tirer c’est que ses confidences, ses écrits n’en ressortiront que plus clairs, plus crus, plus incisifs. Il disait d’ailleurs comprendre la sensation connue par Tupac lorsque ce dernier était enfermé. L’un penchait pour la littérature de Machiavelli et Sun Tzu, Pee lui s’intéresse davantage aux théories du leader noir Dwight York, condamné à 135 ans de prison et qui a écrit le livre « Leviathan 666 ». Lire le reste de cette entrée »





Evidence – The Layover EP (2008)

29 07 2008

Mesdames, Messieurs la compagnie TaylorMade/Decon Records vous souhaite la bienvenue sur le vol 90291. Nous sommes heureux de partager ce voyage avec vous. De plus, nous informons nos passagers que durant ce vol, de multiples choix musicaux vous seront proposés. Notre départ est maintenant imminent, pour votre sécurité attachez vos ceintures.

L’homme météo des Dilated Peoples a décidé de faire une halte aérienne entre le succès connu par son premier solo et son prochain (« Cats & Dogs ») sur lequel il travaille actuellement. Une pause musicale qu’il décide de lâcher sous le format d’un EP 10 titres. À peine décollé du tarmac, la tête figée vers les cieux, Evidence laisse traîner derrière lui une odeur nostalgique, morose en rendant hommage à son homie de longue date, Frek One, sur l’éponyme « The Layover » (produit par Khrysis avec des scratchs de DJ Révolution). Les nuages franchis, le commandant de bord E-v et son équipage composé de Blu/Phonte/Will.I.Am continue leur lancée avec une chanson pour ceux qui sont partis trop tôt, qui ont mené une vie à leur façon, qui n’ont pas eu assez de temps pour en profiter pleinement. Un titre qu’il dédie notamment à Isaac Hayes, Norman Withfield, au comédien George Carlin… et qui, même s’il n’en parle pas explicitement, lâche une petite pensée envers sa mère.

Lire le reste de cette entrée »





Prodigy – H.N.I.C Pt.2 (2008)

7 05 2008

Pour beaucoup l’inquiétude et le défaitisme semblaient être de vigueur au sujet de l’avenir rapologique de Prodigy; ses problèmes de santé, sa signature chez G-Unit Records, sa récente condamnation à purger 3 ans derrière les barreaux, ses multiples faits divers et propos polémiques ont été le point d’orgue de cette mise à mort de l’artiste alors même qu’il n’était pas rentré dans l’arène. C’est clair l’époque Infamous des Mobb Deep n’est plus ce qu’elle était, mais au travers de sa mixtape officielle Return of The Mac, combinée au travail de l’unique producteur Alchemist, Prodigy a démontré qu’il continuait de marché sur les traces d’un rap gangstérisé insalubre. Tout ceci n’était, selon l’intéressé, qu’un léger échauffement avant de succomber aux pistes carboniques de cette fameuse et tant attendu suite au classique qu’est H.N.I.C. Tombé pour possession d’armes, il était clair qu’après s’être écarté momentanément et sans discorde avec l’unité des gorilles Pee aurait dû mal à continuer de flirter avec une major, c’est donc sous le petit et indépendant label Voxonic Records qu’ H.N.I.C. Pt. 2 voit le jour. Lire le reste de cette entrée »





Infamous Mobb – Reality Rap (2007)

28 11 2007

Ayyyyye! What Up Son! Tu l’as voulu, tu l’as eu, non pas un grand coup dans ton cul, mais une décharge auditive en provenance du trio le plus sombre du Queensbridge. Ty Nitty, Twin Gambino et GodFather Part III, plus connus sous les Infamous MOBB, nous auront donc bien fait patienter avant de sortir Reality Rap (IM3/Sure Shot Recordings). Trois années de longue attente qui au final auront valu le coup vu le résultat de cette troisième balle. Du côté de la 41st Side, les tranchées semblent toujours aussi saignantes et le climat ombragé par la violence et les histoires de drogues. Depuis Special Edition, ils sont restés fidèles à leur ligne de mire, rien ne semble avoir changé, pour le plus grand bonheur des fans, et ils nous transposent comme à chacun de leurs albums dans leur univers sous pression. Pas besoin de vous retracer le parcours de ces soldats de la rue, je vous laisserais l’opportunité de lire les précédentes chroniques pour cela, mais on peut d’ores et déjà annoncer qu’à la suite de cet troisiième opus, le groupe a décidé de s’arrêter là et que chacun des protagonistes suivront désormais leur carrière en solo. Triste nouvelle, mais que les admirateurs se rassurent, il n’y a guère de mésentente entre les membres et donc à l’avenir on ne sera pas à l’abri de les retrouver de nouveau réunis sur différents projets. Lire le reste de cette entrée »





Jean Grae – The Orchestral Files (2007)

28 03 2007

Et la parité alors? Quand on y repense il y a toujours aussi peu de rappeuses qui arrivent à se faire entendre, que ce soit en France ou aux USA. Le Hip-Hop sent des aisselles et ne relève pas la cuvette des toilettes depuis bien trop longtemps dans ce monde, un soupçon de féminité l’assagirait davantage. Quoi qu’avec que des Lil’ Kim ou des Foxy Brown on dériverait encore plus…, non je parle de rappeuses du type Jean Grae qui met son intelligence au profit de sa plume appliquée. Dommage de ne pas l’entendre plus souvent, car depuis 2004 et son excellent album « This Week » elle s’est plutôt faite discrète alors qu’elle commençait tout juste à prendre du galon. Mais sa situation semble désormais avancer en rejoignant fin 2005 Talib Kweli et son label Blacksmith Imprint. Triste perte pour Babygrande qui pour l’occasion à eu l’idée de faire comme la plupart des labels au départ de ses artistes, c’est-à-dire sortir des fonds de tiroirs des inédits de l’artiste et en créant un Best Of. Tandis qu’on apprend que son nouveau label prévoit de sortir officiellement début Juillet son projet oublié en unique collaboration avec 9th Wonder (« Jeanius »), »The Orchestral Files » est l’occasion pour ceux qui n’auraient pas encore goûté, de découvrir cette rappeuse hors du commun. Lire le reste de cette entrée »





Evidence – The Weatherman LP (2007)

25 03 2007

Mesdames Messieurs, bonsoir.

Si je vous interpelle ce soir ce n’est pas pour vous parler une fois de plus de mon crew les Dilated Peoples. Bah non, ça vous en avez suffisamment eu l’année dernière avec notre « 20/20 » qui contenait des tueries comme « Back Again » ou encore « You Can’t Hide, You Can’t Run ». Non ! Si moi, Evidence, je m’adresse à vous, tout seul de mon côté c’est pour vous délivrer cet fois-ci mon propre bulletin météo, celui de ma vie. Lire le reste de cette entrée »