Necro – I Need Drugs (2000)

7 10 2007

En 2000, l’apocalypse annoncée n’a pas eu lieu, n’en déplaisent à tous ces pseudos voyants véreux (hein Paco). Le Hip Hop lui, semble cependant avoir mal accepté ce changement soudain et va pour se venger mener cette année-là une véritable campagne de terreur. A peine remis du phénomène Eminem qui vient braver tout les interdits et les tabous avec The Marshall Mathers LP, les États-unis voient naître un nouvel écorché vif. Déjà choquées par les Gravediggaz ou les Flatlinerz avec leur style Horrorcore, ils n’allaient plus s’en remettre avec Necro et son Death Rap ravageur. Ce gamin venant des bas fonds de Brooklyn, de Glenwood Project pour être plus précis, montre déjà son mépris pour l’autorité en préférant définir lui même son style avant que les médias s’en chargent. L’underground new-yorkais découvre alors un rappeur ado morbide, ultra violent, fan de Charles Manson, qui délivre déjà des freestyles d’anthologies sur les ondes de l’émission de Stretch & Bobbito. Le temps passe, son rap prend de plus en plus d’ampleur, ses productions funèbres s’affinent et il en fait profiter quelques uns comme Cage sur son mythique Agent Orange, ou pour son propre EP en 1998 (Necro). Après s’être en plus essayé dans la réalisation de films aussi sanglants et crus que ses rimes, il crée son propre label Psycho+Logical Records pour pouvoir enfin dévoiler son tout premier album solo, intitulé logiquement en toute provocation I Need Drugs. Lire le reste de cette entrée »





Q-Unique – Vengeance Is Mine (2004)

4 11 2004

L’ex-membre d’Arsonists et du Rock Steady Crew, Q-unique nous délivres enfin son premier opus après quelques collaborations avec les membres du Psycho Logical Records, tel que Ill Bill, Necro,etc…, c’est avec le Label Uncle Howie Records qu’il sort « Vengeance is Mine », un album qui promet beaucoup pour la suite de sa carrière, car en plus des remarquables productions de Necro, Juju (des Beatnuts), Context, S Groove, Phase One et de lui même, il nous donne le meilleur de son flow, et des lyrics qui parlent aussi bien de politique, de la rue, de ses potes, ou encore tout simplement de sa musique. Un pur album qui nous mets une grosse claque dès la première écoute. Ceux qui aime Sabac, Ill Bill, Necro, ne seront pas déçu. Lire le reste de cette entrée »