Strong Arm Steady – In Search of Stoney Jackson (2009)

29 03 2010

 

Dernièrement on a pu entendre Rakim parler d’un changement radical pour 2010. Dur de croire réellement les paroles d’un artiste dont on attendait un retour fulgurant et qui au final nous a à peine satisfait avec « The Seventh Seal ». Mais lorsqu’on écoute l’album du Strong Arm Steady on est pas loin de se demander s’il n’avait pas raison. L’année démarre sur de bons rails… 

Si la côte West des Etats-Unis continue de faire parler d’elle c’est particulièrement grâce à ses artistes undergrounds qui ont opté pour une autre vision du Hip Hop. Les rappeurs consciencieux sont sortis de l’ombre et prennent désormais le dessus sur un Gangsta Rap à bout de souffle. Après plus de sept ans d’attentes Mitchy Slick, Phil Da Agony et le sulfureux Krondon rassemblent enfin leur énergie sur un seul et même album. Le départ d’Xzibit en 2006, tête d’affiche du groupe, avait encore plus réduit nos chances de voir sortir cet album officiel, mais ce n’était sans compter la confiance et les espoirs qu’avaient Talib Kweli pour ce trio en les signant un an plus tard sur son label Blacksmith Records. Une aubaine pour ces jeunes loups dont on commençait à douter de les voir un jour sur un projet concret. Avant de sortir dans le courant de l’année leur opus via la structure de Kweli, nos compères nous régalent et nous séduisent ici en collaborant avec le producteur/multi instrumentistes dont l’inspiration et la productivité ne s’arrête jamais, j’ai nommé Madlib. Avec « In Search Of Stoney Jackson », le prodige au indénombrable pseudonyme se retrouve une nouvelle fois l’unique concepteur et le maître d’une alchimie délicieusement fusionnelle. Ni jazzy, ni gonflé à l’hélium, ni écourté par les interventions caverneuses d’un vengeur masqué, pour s’allier avec ces trois rappeurs qui ne mâchent pas leurs mots l’ambiance se veut résolument soulful. Choix peu original dans le Hip Hop me direz-vous, mais lorsqu’il s’agit de Madlib derrière les commandes vous pouvez comptez sur lui pour qu’il insère le bon sample, le bon scratch, le grain de folie qui fait mouche. Lire le reste de cette entrée »





Fashawn – Boy Meets World (2009)

25 10 2009

 

Il fût un temps les rookies du Hip Hop avait du mal à se faire une place. Un milieu trop véreux qui ne mise que sur des valeurs sûr, c’est pourquoi de nombreux rappeurs sont retombés dans l’ombre avant même d’avoir vu leur premier album dans les bacs. De nos jours les complications persistent mais la donne à nettement changée, la tendance semble être surtout à la découverte de nouveau talent et de les mettre en avant. Et 2009 semble sourire à ces nouvelles têtes prometteuses puisqu’ils sont nombreux à démarrer. Débarqué de Californie par l’intermédiaire d’Evidence (des Dilated People) et de Planet Asia, Fashawn pose la première pierre de sa discographie avec « Boy Meets World » (One Records). Une oeuvre introspective qui retrace les grandes lignes de sa vie sur une touche extrêmement fraîche et positive. Il fait partie de cette génération de la westcoast qui s’inspire nettement plus de l’esprit soulful que celui du G-Funk. Lire le reste de cette entrée »





Evidence – The Weatherman LP (2007)

25 03 2007

Mesdames Messieurs, bonsoir.

Si je vous interpelle ce soir ce n’est pas pour vous parler une fois de plus de mon crew les Dilated Peoples. Bah non, ça vous en avez suffisamment eu l’année dernière avec notre « 20/20 » qui contenait des tueries comme « Back Again » ou encore « You Can’t Hide, You Can’t Run ». Non ! Si moi, Evidence, je m’adresse à vous, tout seul de mon côté c’est pour vous délivrer cet fois-ci mon propre bulletin météo, celui de ma vie. Lire le reste de cette entrée »





Dilated Peoples – 20/20 (2006)

12 03 2006

Loin des albums sortant ces temps-ci, le style des Dilated Peoples aère le Hip-Hop le temps d’un nouvel album noblement intitulé ’20/20′.

Toujours composé du trio gagnant Rakaa, Evidence et de DJ Babu, et toujours doté de la fameuse recette alliant DJing et textes de qualités, pertinents, conscients en y ajoutant parfois une pincée d’humour, cet album se démarque de leur précédent par une simple et bonne raison: il ressemble plus à une compilation de morceaux entrecoupés d’interludes, qu’à un album à part entière. Ce qui se ressent dans la qualité des tracks, car chacune à son atmosphère, sa texture sonore, bref un son pur auquel le groupe nous a toujours habitué. Lire le reste de cette entrée »





Self Scientific – Change (2005)

11 01 2006

Le duo Self Scientific (composé de Chace Infinite et de DJ Khalil) est depuis longtemps ami avec DJ Muggs, raison pour laquelle ils se sont associés en Juin dernier pour créer le label indépendant Angeles Records. Après « DJ Muggs VS GZA », c’est au tour des deux sud-californiens de sortir leur opus intitulé ‘Change’.

Ils sont, de part leur style, une facette différente de ce que l’on peut d’habitude entendre venant de la Westcoast. Lire le reste de cette entrée »