Little Brother – Leftback (2010)

7 05 2010

 Parfois on a vraiment l’impression que les artistes se foutent de notre gueule, comme lorsqu’en 2008 Big Pooh annonce que les Little Brother pourraient ne plus sortir d’album et que son acolyte Phonte le contredit peu de temps après en annonçant l’arrivé imminente de Leftback. Il fallait en fait comprendre par les dires de Big Pooh qu’après ce quatrième projet commun une longue pause (définitive?) prendra forme dans la carrière de ce groupe phare qui a éclairé la scène Hip Hop de la Caroline du Nord. On comprend qu’ils ne veulent pas égratigné au fur et à mesure la magie de leurs premiers opus, d’autant plus qu’avec le départ de 9th Wonder on a ressenti comme un léger essoufflement malgré le travail d’Illmind, Khrysis et les autres qui ont supplée le célèbre producteur comme ils pouvaient. En témoignage du passé et comme pour montrer que l’aventure Little Brother penche vers la fin, Phonte et Big Pooh ont ressortis les archives sur cette pâle pochette d’album. Les deux artistes sont les acteurs et les témoins d’une chevauchée fantastique qui a atteint sont apogée il y a cinq ans déjà avec le magnifique The Minstrel Show. Lire la suite »





Strong Arm Steady – In Search of Stoney Jackson (2009)

29 03 2010

 

Dernièrement on a pu entendre Rakim parler d’un changement radical pour 2010. Dur de croire réellement les paroles d’un artiste dont on attendait un retour fulgurant et qui au final nous a à peine satisfait avec « The Seventh Seal ». Mais lorsqu’on écoute l’album du Strong Arm Steady on est pas loin de se demander s’il n’avait pas raison. L’année démarre sur de bons rails… 

Si la côte West des Etats-Unis continue de faire parler d’elle c’est particulièrement grâce à ses artistes undergrounds qui ont opté pour une autre vision du Hip Hop. Les rappeurs consciencieux sont sortis de l’ombre et prennent désormais le dessus sur un Gangsta Rap à bout de souffle. Après plus de sept ans d’attentes Mitchy Slick, Phil Da Agony et le sulfureux Krondon rassemblent enfin leur énergie sur un seul et même album. Le départ d’Xzibit en 2006, tête d’affiche du groupe, avait encore plus réduit nos chances de voir sortir cet album officiel, mais ce n’était sans compter la confiance et les espoirs qu’avaient Talib Kweli pour ce trio en les signant un an plus tard sur son label Blacksmith Records. Une aubaine pour ces jeunes loups dont on commençait à douter de les voir un jour sur un projet concret. Avant de sortir dans le courant de l’année leur opus via la structure de Kweli, nos compères nous régalent et nous séduisent ici en collaborant avec le producteur/multi instrumentistes dont l’inspiration et la productivité ne s’arrête jamais, j’ai nommé Madlib. Avec « In Search Of Stoney Jackson », le prodige au indénombrable pseudonyme se retrouve une nouvelle fois l’unique concepteur et le maître d’une alchimie délicieusement fusionnelle. Ni jazzy, ni gonflé à l’hélium, ni écourté par les interventions caverneuses d’un vengeur masqué, pour s’allier avec ces trois rappeurs qui ne mâchent pas leurs mots l’ambiance se veut résolument soulful. Choix peu original dans le Hip Hop me direz-vous, mais lorsqu’il s’agit de Madlib derrière les commandes vous pouvez comptez sur lui pour qu’il insère le bon sample, le bon scratch, le grain de folie qui fait mouche. Lire la suite »





L.E.G.A.C.Y – Suicide Music (2009)

28 09 2009

  Ses derniers temps le collectif de la North Carolina, Justus League, traîne salement la patte au niveau de sa discographie. La colonne vertébrale que sont les Little Brother reste paralysé depuis « Getback » et ne semble, selon les principaux intéressés, pas prêt de revenir en studio sous cette même bannière avant une longue pause. Parti chacun de leur côté pour continuer en solo, Big Pooh vient dernièrement de sortir un énigmatique street album « Delightful Bars » sous quatre versions différentes alors que Phonte lui, semble bien mieux s’épanouir en poussant la chansonnette au sein des Foreign Exchange et en collaborant avec Zo! pour un délire 80’s. 9th Wonder quant à lui continue son bonhomme de chemin en fusionnant avec d’autres artistes et en produisant à droite à gauche même si 2009 aura été une quasi année fantôme pour lui. Sans jamais vraiment sortir de l’ombre causé par ces trois piliers, les autres rappeurs qui gravitent autour d’eux ont bien du mal à se faire entendre même lorsqu’ils arrivent à enregistrer et boucler leur propre solo. C’est le cas pour L.E.G.A.C.Y. qui a débarqué avec ses pensées noires dans son bon premier opus « Project Mayhem », dont la production était soignée par Khrysis et 9h Wonder, et qui n’a malheureusement pas pu plus explosé que ça. Le déclic n’a pas eu lieu malgré l’univers mystérieux dégagé par ce rappeur dont les influences vont de Rakim, Kurt Cobain et aussi du rock psychédélique de Jim Morrison dont il arbore fièrement le portrait sur son tee-shirt. Obstiné à nous sensibiliser à ses textes, il persévère quatre ans plus tard en plaçant avant cet été son deuxième album dans les bacs. Lire la suite »





Foreign Exchange – Leave It All Behind (2008)

25 11 2008

Deux personnes qui s’embrassaient langoureusement sous un rayon de soleil, telle était la pochette de « Connected » (inspiré du visuel de « Speak Like A Child » d’Herbie Hancock). Premier album des Foreign Exchange, virtuellement réalisé vu que le duo réunissant Phonte et le producteur Nicolay ne s’était qu’échangé par Internet leurs travaux respectifs. Quatre ans plus tard, ils collaborent à nouveau, cette fois-ci en chair et en os, pour continuer de délivrer cette ode à l’amour qui parfume chacune de leurs chansons. Après l’embrassade, place aux choses sérieuses ; la superbe illustration est la présentation d’un avant-mariage. Une réunion officielle qui signifie bien sûr que l’amour y est exploité dans toute sa splendeur, mais qui nous laisse également penser que l’alchimie entre les deux artistes est encore plus forte qu’auparavant. Lire la suite »





Evidence – The Layover EP (2008)

29 07 2008

Mesdames, Messieurs la compagnie TaylorMade/Decon Records vous souhaite la bienvenue sur le vol 90291. Nous sommes heureux de partager ce voyage avec vous. De plus, nous informons nos passagers que durant ce vol, de multiples choix musicaux vous seront proposés. Notre départ est maintenant imminent, pour votre sécurité attachez vos ceintures.

L’homme météo des Dilated Peoples a décidé de faire une halte aérienne entre le succès connu par son premier solo et son prochain (« Cats & Dogs ») sur lequel il travaille actuellement. Une pause musicale qu’il décide de lâcher sous le format d’un EP 10 titres. À peine décollé du tarmac, la tête figée vers les cieux, Evidence laisse traîner derrière lui une odeur nostalgique, morose en rendant hommage à son homie de longue date, Frek One, sur l’éponyme « The Layover » (produit par Khrysis avec des scratchs de DJ Révolution). Les nuages franchis, le commandant de bord E-v et son équipage composé de Blu/Phonte/Will.I.Am continue leur lancée avec une chanson pour ceux qui sont partis trop tôt, qui ont mené une vie à leur façon, qui n’ont pas eu assez de temps pour en profiter pleinement. Un titre qu’il dédie notamment à Isaac Hayes, Norman Withfield, au comédien George Carlin… et qui, même s’il n’en parle pas explicitement, lâche une petite pensée envers sa mère.

Lire la suite »





Cunninlynguists – Dirty Acres (2007)

22 12 2007

« They say hip-hop is dead, assassinated by niggas
But on the charts I read all the hits was by niggas »

C’est l’une des phrases marquantes que l’on peux retenir du discours, du testament récité par Big Rube au début de ce nouvel album des CunninLynguists. Grandement inspiré et bercé par la Dungeon Family, il semblait presque naturel que ce pilier soit l’hôte d’ouverture de ce quatrième album intitulé Dirty Acres. Après avoir fait chavirer le coeur de nombreux auditeurs et consolider leur réputation avec A Piece Of Strange (APOS pour abréger), Kno, Deacon et Natti n’ont guère perdu de temps pour dévoiler une suite à ce chef d’oeuvre. Lire la suite »





Evidence – The Weatherman LP (2007)

25 03 2007

Mesdames Messieurs, bonsoir.

Si je vous interpelle ce soir ce n’est pas pour vous parler une fois de plus de mon crew les Dilated Peoples. Bah non, ça vous en avez suffisamment eu l’année dernière avec notre « 20/20 » qui contenait des tueries comme « Back Again » ou encore « You Can’t Hide, You Can’t Run ». Non ! Si moi, Evidence, je m’adresse à vous, tout seul de mon côté c’est pour vous délivrer cet fois-ci mon propre bulletin météo, celui de ma vie. Lire la suite »