Jay-Z – The Blueprint 3 (2009)

28 11 2009

Shawn Carter aka Jay-Z
Mes Mémoires-Ma-Vie-Mon Oeuvre
 
Chapitre 11 – The Blueprint III
 
Tous les jours je me lève en étant fier de ce que j’ai accomplis dans ma carrière. Je ne remercierais jamais assez Dieu de m’avoir donné cette vie de rêve. L’idée que j’ai eu de prendre une retraite anticipé me paraît aujourd’hui totalement absurde. L’air que je respire est aussi primordial à mon bien être que je le suit pour le Hip Hop. J’ai bien conscience d’être une véritable légende vivante pour cette musique (« il a récemment été élu meilleur MC de tous les temps ») et je met tout en oeuvre pour jamais décevoir les gens. Après une promesse de longue date à mes fans, c’est dans cette optique que je me suis enfin décidé d’entrer en studio pour enregistrer le dernier volet de ma trilogie des Blueprint. Un projet tant attendu méritait bien une plus grande attention de ma part dans sa conception. J’ai d’abord pris mes distance avec Def Jam pour créer ma propre structure chez Live Nation que j’ai intitulé Roc Nation, puis j’ai mis les voiles vers Hawaii histoire d’aérer mes inspirations artistiques et de m’éloigner du vacarme des grandes villes. Malgré mon pouvoir dans cette industrie je n’ai par contre pas encore le bras assez long pour éradiquer le fléau du téléchargement sur Internet. La date de sortie prévu au 11 Septembre 2009, date d’anniversaire du Blueprint premier du nom, s’est donc vu avancé de trois jours. Étant l’un des artistes les plus bootlegé de l’histoire il fallait bien s’y attendre, mais je m’inquiète pas car ce onzième album finira lui aussi #1 au billboard et je battrais ainsi le record du king Elvis. N’oublié pas non plus de garder en tête les titres évincés du final mais qui ont crée le buzz de bel manière: « Ain’t I », « Jockin’ Jay-Z », « Brooklyn Go Hard » ou encore cette célébration de l’élection d’ Obama à la présidence sur « History » que j’aurais bien mis sur ce dernier Blueprint si seulement l’auteur du sample qu’à emprunté Kanye West (NDLR Véronique Sanson) ne l’avait pas découvert sur un plateau télévisé français.
Sans plus d’attente je vous invites dans les coulisses de ma nouvelle oeuvre raffinée, Blueprint 3, qui marque la fin d’un cycle dans ma carrière… Lire le reste de cette entrée »




Kanye West – 808’s & Heartbreak (2008)

28 09 2008

Qu’il est loin le temps où Kanye West était un illustre inconnu dans le Hip Hop. Parfois, histoire de s’aérer la tête de tous ces tapages actuels où l’on ne parle que de lui, on aime bien se remémorer cette époque où ce poulain de Jay-Z se révélait et nous épatait avec ses productions rafraîchissantes à base de samples accélérés. Le déclic a vraiment eu lieu en ce jour de l’an 2000 lorsqu’il nous a sorti « This Can’t Be Life » extrait de « The Dynasty: Roc La Familia », sur laquelle Beanie Sigel, Scarface et son boss Jay-Z posaient sur cette boucle jouissante reprise à Harold Melvin. Mais tout ça n’est déjà qu’un vieux souvenir poussiéreux.

Bienvenue en 2008, Kanye West a à son actif trois albums et tous ont eu un succès planétaire. Dernier en date: « Graduation » qui clôturait la trilogie scolaire du petit ourson. Il est devenu la méga star de cette musique, une icône pour certains, avec un look toujours classieux éloigné des traditionnelles tenues du Hip Hop. Il prône cette nécessité d’avoir de la diversité dans le Hip Hop, sans forcément subir les critiques de certains puristes. Comme une rock star il peut se permettre tout et n’importe quoi sans rester confiner dans une catégorie précise. Libre de faire ce qu’il ressent, c’est d’ailleurs ce qu’il a décidé de réaliser sur ce nouvel opus qui défit toutes les lois de vos attentes. Il a désormais un tel pouvoir qu’il s’est même permis d’avancer d’ un mois la date de sortie de ce dernier. Lire le reste de cette entrée »