Capone-N-Noreaga – Channel 10 (2009)

19 04 2009

Motivé pour remettre le Hip Hop dans le droit chemin, en manque de billets verts, incapacité à tenir une carrière en solo, les raisons sont simples et souvent liées pour accompagner cette tendance qui veut le grand retour des anciens. Ces derniers mois ont été propices à des réunions qu’on n’espérait même plus réalisables, que ce soit dans le rap français ou celui des States. On a ainsi vu ressurgir après 9 ans de latence, le temps de refaire leur business, le duo Parish Smith et Erick Sermon. Presque une décennie, c’est aussi la période qu’il aura fallu pour recoller les morceaux entre Capone et Noreaga et les revoir ensemble pour reformer le sulfureux combo du Queens, connu sous les initiales de C-N-N. Le chemin aura été long et laborieux, mais entre les faux bonds de Roc-A-Fella/Def Jam et la perdition de N.O.R.E. dans le Reggæton, plus le long séjour en prison et les faibles succès connus par les mixtapes/street albums de Capone, il n’y avait plus qu’une solution pour qu’ils retrouvent leur interactivité d’antan et le chemin des ventes. Pour ne pas galérer plus longtemps, ils combinent désormais en indépendant via Thugged Out Militainment et Fontana Music. C’est sous cette petite structure que voit le jour « Channel 10 » (tiré d’une track de « The War Report »), nouveau chapitre dans la carrière de ces deux rappeurs aux voix si charismatiques. Lire le reste de cette entrée »





Havoc – Hidden Files (2009)

26 03 2009

Le nom d’Havoc résonne dans toutes les têtes comme la moitié de Mobb Deep ou encore comme le producteur qui a apporté une touche sombrement glaciale au Hip Hop via ses boucles de piano. En bref, il fait partie de ces artistes qui n’ont plus rien à prouver, avec une réputation déjà bien fondée. Oui mais voilà, en étant si sûr de soi avec un tel passé et en continuant son chemin comme si de rien n’était, certains en oublieraient presque ce qu’il pourrait surtout y perdre… Une désillusion, un manque d’engouement qui s’est malheureusement confirmé avec Havoc lors de son premier solo « The Kush ». Trop synthétique, peu inspiré, la déception fut aussi grande (voire plus) que l’attente suscitée par ce dernier malgré une ou deux pistes potables. Deux ans plus tard et dans une campagne de promo quasi nulle d’E1 Music (Koch Records), la figure du Queens tente discrètement de reconquérir la critique avec un second opus solo, « Hidden Files », qu’il produit bien sûr entièrement. Lire le reste de cette entrée »





Prodigy – H.N.I.C (2000)

7 03 2007

En 2000, les bruits de couloirs étaient finalement pas si absurdes que ça, le sulfureux rappeur des Mobb Deep, Prodigy, allait bel et bien sortir son premier album solo. Bien que lui et son partenaire de rimes Havoc soient en discorde avec Loud Records depuis la longue attente avant la sortie d’un certain Murda Muzik. Malgré cette mésentente, Prodigy trouva tout de même un accord avec le patron Steve Rifkind pour dévoiler sous cette structure H.N.I.C., financé par un accord de taille puisque un million de dollars est prévu pour la consolidation de celui-ci. Pee a désormais ses cartes en main, et va alors pouvoir tout mettre en place pour finaliser à sa guise son projet. Se faire un nom ? Pas vraiment puisque ça il a pu déjà le réaliser avec les quatre albums de Mobb Deep sortis précédemment. Mais Pee veut avant tout se dévoiler plus personnellement, raconter à lui tout seul qui il est, nous parler de son quartier, son enfance, ses problèmes de santé, sa vie. Lire le reste de cette entrée »





Big Noyd – Only The Strong (2003)

12 10 2006

1996
Présent sur tous les premiers opus de Mobb Deep, Big Noyd y fait une forte impression et se voit désormais contraint de subir le poids du titre de futur espoir du QB, voir de New-York, sur ses épaules. Cependant après son premier essai ‘Episodes of a Hustla’, le succès escompté était fortement en dessous de la barre. Mais tout ceci a une raison ; étant a ce moment là à la case prison, il n’avait guère son opinion à dire sur les morceaux choisis et le label Tommy Boy a fait comme il le sentait. Cela n’empêchera guère les amateurs du rappeur de considérer ce début comme un classique. Lire le reste de cette entrée »





Mobb Deep – Blood Money (2006)

12 06 2006

Roll that shit
Résonnant comme l’un des groupes les plus réputés du Hip-Hop, les Mobb Deep nous reviennent en cette année 2006, soit approximativement 13 ans depuis le premier essai ‘Juvenile Hell’ quand ils n’étaient que des enfants terribles de Queensbridge. En autant d’années écoulées, tout n’a pas été aussi rose dans la carrière du groupe, faisant souvent la une des médias le plus souvent pour de multiples rumeurs (séparation, embrouilles,…) et de critiques sur leur évolution artistique. En 2004, ‘Amerikaz Nightmare’ a selon, certains fans, définitivement marqué le point de chute artistique entre le Mobb Deep des débuts et leur nouveau style. La cause de tout cela: des collaborations inhabituelles, laissant donc moins de place a leurs acolytes de toujours (Big Noyd, Infamous Mobb,…) et l’impression d’une légère préférence aux gros tubes et aux artistes en vogue (même Lil Jon). Lire le reste de cette entrée »





Statik Selektah & G-Unit Records – The Empire Strikes Back (2006)

12 04 2006

Non ce n’est pas une Nième mixtape G-Unit Radio fais à la va-vite que voila, mais bel et bien un pseudo-album composé d’une vingtaine de morceaux inédits remixés par la nouvelle recrue du label, j’ai nommé DJ Statik Selektah. DJ Whoo Kid n’est donc plus le seul DJ du G Unit Records, qui gonfle d’artistes de jour en jour. La question que tout le monde se pose, mais que peut-il apporter de plus? Très peu connu en France, on le connait surtout pour avoir participé avec son acolyte Soul Supreme à la confection de l’album remix ‘Uncommonly Nasty’ réunissant Nas et Common, mais également d’avoir produit entre autres pour KRS One et O.C.. Une chose est sûre, cette signature sera pour lui sans aucun doute un moteur pour se faire une réputation de niveau mondial. Lire le reste de cette entrée »





Get Rich or Die Tryin’ (Soundtrack) (2005)

22 11 2005

Alors que l’actualité Hip Hop de ces temps-ci fuse dans tous les sens (Réconciliation Jay-Z/Nas, Cam’Ron blessé par balle, les affaires de Murder Inc,…), 50 Cent aka le Napoléon du rap continue son parcours, et refait encore une fois de plus parler de lui, n’en déplaise aux gens, cette fois-ci pour la bande originale du film relatant sa vie intitulé « Get Rich Or Die Tryin’ « . Ce film semi-autobiographique ne parle absolument pas de son parcours actuel dans l’industrie musicale mais plutôt de son ascencion, de son enfance jusqu’au résultat d’aujourd’hui. Même si son dernier album ‘The Massacre’ s’est plutôt bien vendu, il faut reconnaître qu’il était dans une tout autre direction artistique et d’un niveau inférieur par rapport à celui qui fit son succès. Cette B.O était donc une bonne occasion de voir comment Curtis Jackson allait évoluer entre ce (trop?) court laps de temps. Lire le reste de cette entrée »