Snoop Dogg – Malice n Wonderland (2009)

12 12 2009

 

Snoop Dogg vient de franchir un cap, celui de son dixième album solo. Une carrière incroyable, ultra prolifique, pour l’un des artistes les plus légendaires et les plus aimés du Hip Hop. Le chien de Long Beach a toujours su retomber sur ses pattes malgré le fait d’avoir fait certains grands écart en changeant de niche (Death Row –> No Limit –> Capitol –> Geffen). Mais pour cette dixième édition le changement est encore plus fort car elle est placée sous le signe de l’indépendance, uniquement guidée par sa propre structure Doggystyle Records et la distribution de Priority dont il arbore fièrement le costume de directeur artistique. Un ambassadeur de renom pour ce même Priority qui avait permis à la scène westcoast de se faire entendre sur une plus grande échelle il y a quelques années. Après nous avoir laissé sur une bonne note d’originalité sur son « Ego Trippin' » où l’on découvrait un Snoop Dogg sous différentes facettes musicales, il re débarque déjà avec un « Malice ‘N Wonderland » qui nous laisse dubitatif quant à son contenu. Lire le reste de cette entrée »





E-40 – The Ball Street Journal (2008)

23 11 2008

Beaucoup de personnes pensent ou affirment que le Hyphy est déjà mort, que ce n’était qu’un courant de courte durée. Mais cette sensation venue de la Bay peut encore compter sur l’expérience du vétéran E-40, qui traverse les générations en s’adaptant et en restant toujours aussi actif pour représenter fièrement le mouvement. Le fondateur de Sick Wid It Records s’est régénéré en 2004 depuis son départ du label Jive pour s’allier et faire sa cure de jouvence avec le pilier de la Crunk Lil’ Jon via BME et Warner Bros. Le résultat donna lieu à un « My Ghetto Report Card » bien électrisant qui a ravi les fanatiques et les amateurs de gros bangers. Le king du Slang, qui a d’ailleurs récemment sorti un livre à ce sujet, a refait une tournée à la fin de l’année 2008 avec un juicy bien frais dont il est vraiment le seul à pouvoir nous servir. « The Ball Street Journal » est dans la fine continuité du précédent; un cocktail d’égotrip verbal, de productions trempées dans la fonte et d’une sucrette allégée pour convertir les ondes radio. Lire le reste de cette entrée »





Styles P – Time Is Money (2006)

13 12 2006

« Time Is Money »… Et pour sûr, Styles P doit encore plus s’en rendre compte de l’exactitude de l’expression depuis la récente sortie ultra repoussée de son opus. Prévu pour l’été 2005 c’est finalement le 19 Décembre 2006 qu’il sera révélé. Le temps vaut vraiment de l’argent et la longue attente a fait baisser toute la pression et l’effervescence de l’annonce de ce disque. Mais le point le plus négatif est surtout dû au fait que la plupart des morceaux présents ici ont pu dès lors circulés sur le net durant de nombreux mois. Qui irait acheter un album dont la quasi totalité des sons n’ont plus aucun secret ? Tout simplement ceux qui ne téléchargent pas du tout (ça existe ?) ou n’écoute pas de mixtapes, mais aussi ses fans et ceux qui bien sûr fétichistes préfèrent avoir ces 12 morceaux sur vrai support. Mais que s’est-t-il passé au juste? Les retards qui durent des mois c’est un peu ce qui se passe avec pas mal de rappeurs qui ont des labels capricieux ou qui ont surtout d’autres priorités. Joe Budden, Saigon, ODB,… pourraient, pour ne citer qu’eux, très bien décrire ce sentiment d’impuissance (enfin sauf le défunt membre déglingo du Wu). Lire le reste de cette entrée »





Pitbull – El Mariel (2006)

15 03 2006

En 2004, l’américano-cubain Pitbull faisait bouger les culs et enflammait les dancefloors des boites du monde entier grâce à ses tubes « Culo », « Toma » ou encore ‘ »Dammit Man », tantôt orchestrés par le pas moins ambianceur Lil’Jon. La fusion des deux excités ayant fonctionné à merveille, ce n’est donc pas une surprise de les voir de nouveau travailler ensemble pour ce deuxième album du rappeur de Miami. C’est notamment le cas sur le single « Bojangles Remix », où viennent en plus s’ajouter les agités d’Atlanta que sont les Ying Yang Twins, pour un morceau percutant qui ravira les amateurs de sons tapageurs. Lire le reste de cette entrée »





David Banner – Mississippi: The Album (2003)

12 09 2005

En 2003 une source de chaleur tout droit venue des marécages du sud vient enflammer tout le territoire américain, l’auteur de ce changement climatique est David Banner, pas Hulk mais le rappeur. Inconnu en France avant « Mississippi : The Album » il avait néanmoins sortis en 1999 « Grey Skies » avec son groupe Crooked Lettaz formé de lui et Kamikaze ainsi qu’ en 2000 un premier opus solo intitulé « Them Firewater Boyz, Vol. 1 » avec dessus quelques collaborations de marque comme Rass Kass et Noreaga, ce qui lui avait valu déjà une bonne petite réputation. Lire le reste de cette entrée »