Foxy Brown – Brooklyn’s Don Diva (2008)

25 06 2008

La carrière de Foxy Brown est loin d’avoir été de tout repos. La petite rappeuse de Brooklyn prise très jeune sous l’aile de Jay-Z et pouponnée depuis toujours par Def Jam a eu beaucoup de mal à suivre la cadence de ces dernières années. Tout commence sérieusement à se gâter après son troisième album (« Broken Silence »), lorsque le patron de Bad Boy Records, Puff Daddy, et Lyor Chen, alors président de Def Jam, essaie tant bien que mal de trouver un accord pour le prochain projet de Foxy. Les nombreuses mésententes et divergences de points de vue financiers entre les deux boss ruineront totalement la sortie de ce quatrième opus; « Ill Na Na 2: The Fever » tombe à l’eau, mais sera dévoilé sur internet par un mystérieux inconnu… En 2003 la raison était plus que valable pour quitter Def Jam après 13 ans de bons et loyaux services. On la croit alors quasiment perdue telle une brebis trop loin de sa bergerie, mais la situation s’apaise rapidement en 2005 avec l’arrivée de son mentor, ami et soutien Jay-Z à la tête de Def Jam/Roc-A-Fella. Il ne mettra que quelques minutes à la convaincre de re signer dans la maison qui l’a vu grandir. Lire le reste de cette entrée »





Big Noyd – Illustrious (2008)

15 01 2008

On ne l’attendait presque plus ce nouveau solo, et c’est bien là le problème. Depuis On The Grind, Big Noyd s’est un peu plus enfoui dans les rappeurs de l’ombre survivant grâce à de petit projets pas vraiment ambitieux (The Co-defendants et Stick-up Kid). Comment ne pas être de plus en plus sous-estimé quand on a un talent, un potentiel et qu’on a presque jamais délivré un album de cette envergure? S’il a appelé son nouvel album Illustrious, c’est bien parce qu’il continue d’avoir cette réputation grâce à ses collaborations d’antan malgré la piètre exposition médiatique autour de lui. De retour dans un label indépendant de renom comme Koch Records et sous sa propre structure Noyd Inc., il a désormais les cartes en main pour reconquérir une partie de ses auditeurs. Lire le reste de cette entrée »