Rakim – The Seventh Seal (2009)

7 11 2009

Après des années de traversée du désert, Rakim revient assoiffé en studio pour délivrer son troisième album solo. Un retour qui nous faisait dors et déjà saliver. Depuis que son projet sous l’écurie Aftermath a fait fausse couche il faut dire qu’on avait presque plus d’espoir de le réentendre. En 2000 on s’attendait à un retour grandiose, prenant une dimension gigantesque avec le génie de Dr. Dre aux manettes, mais les divergences artistique entre les deux géants du Hip Hop était trop grande pour pouvoir s’accorder sur un album entier. A cette époque Rakim avait tout pour faire le come back parfait et nous faire réagir avec un « Oh! My God » (nom supposé de cet opus). Son envie de rapper était la, il s’était même installé en Californie pour être au plus proche de ceux qui allait réveiller son talent. Finalement les nombreux morceaux enregistrés resteront encore sous scellés pour longtemps. Hormis les quelques fuites de mauvaises qualités dévoilés sur la toile, on ne retiendra au final de cette période que son featuring avec Truth Hurts (« Addictive »), sa participation à la B.O d’ 8 Mile (« R.A.K.I.M. ») et à « The Watcher Pt.2 » de Jay-Z. Lire le reste de cette entrée »




Scarface – Emeritus (2008)

7 12 2008

Il va falloir qu’on s’y fasse, mais le célèbre label texan Rap-a-Lot Records voit en « Emeritus » (Asylum Records) le tout dernier album solo de la carrière de Scarface. Après une année 2008 pourtant fructueuse qui a vu débouler le nouveau Bun B, Devin The Dude, les solos de Z-Ro et Trae ainsi que leur collaboration commune, la plus grosse et l’une des plus anciennes structures sudistes va donc devoir continuer son bout de chemin sans celui qui l’a construit et boosté par l’intermédiaire de son groupe Geto Boys.

Le patron J. Prince prend une fois de plus la parole dès l’introduction, mais contrairement à ce qu’on pouvait le supposer, ce n’est pas pour rendre hommage à l’artiste qui lui a permis de connaître la gloire, mais plus pour tergiverser pendant 4 min sur des anecdotes et drames personnels. Étonnant, pour ne pas dire plus qu’irritant lorsqu’on a les oreilles affûtées pour écouter la dernière balle d’une légende et qu’on se retrouve endormis par un discours sirupeux. Scarface à beau approuver cet aparté, on a encore plus de mal à croire à sa retraite définitive. C’est cet effet de mode qui nous pousse vers la méfiance et le doute. Mais venant de la part d’un activiste qui a 22 ans de routine et qui tirerait sa révérence sur un coup de tête en achevant son neuvième album, on se demande vraiment pourquoi il ferait une telle chose, surtout qu’il semble avoir encore de nombreux discours à expliciter. Lire le reste de cette entrée »





Jake One – White Van Music (2008)

15 10 2008

 

Rares sont les albums de producteur a maintenir la dragée haute du début jusqu’à la fin, surtout lorsqu’il s’agit de la première tentative de celui-ci. La présence en nombre d’invités prestigieux ne garanti en rien une qualité, c’est le raisonnement qu’il faut absolument avoir en tête lorsqu’on regarde dans les bacs un tel tracklisting. Si Jake One fait partis de ces talentueux et prometteurs beatmakers il n’échappe pas à cette monotonie qui gangrène son album sur la longueur. A 32 ans, Jacob Dutton se distingue et expose un peu plus de lumière sur sa ville de Seattle grâce à ses productions lâchées pour la scène underground (John Cena, Rasco,…). Mais son premier gros coup médiatique se fera par l’intermédiaire du G-Unit pour lesquels il co-produira avec Fusion Untld le titre « Betta Ask Somebody » présent sur Beg For Mercy. Lire le reste de cette entrée »




Prodigy – Product Of 80’s (2008)

7 10 2008

Histoire de rassurer ses fans, le ‘head nigga in charge’ a récemment envoyé de ses nouvelles via une lettre qu’on a pu lire sur son myspace et sur le site this50.com. On était ravis de le revoir en forme avec ses deux excellentes dernières sorties que sont le street album « Return of The Mac » et la tant attendue suite « H.N.I.C. 2 ». Et le rappeur laisse transparaître de cette lettre une sensation plus rageuse que jamais, mais sur fond de désolation, d’ennui. Normal me direz-vous lorsque vous êtes condamnés à être enfermés entre quatre murs bâtis avec les pierres de la loi. Trois ans et demi c’est long, très long, trop long même pour un artiste comme Prodigy qui depuis ses débuts avec Mobb Deep ne s’était pas aussi longuement éloigné des studios d’enregistrement. Et ce n’est que le début de sa peine… L’écriture et la lecture sont donc ses seules échappatoires, et le bon point à en tirer c’est que ses confidences, ses écrits n’en ressortiront que plus clairs, plus crus, plus incisifs. Il disait d’ailleurs comprendre la sensation connue par Tupac lorsque ce dernier était enfermé. L’un penchait pour la littérature de Machiavelli et Sun Tzu, Pee lui s’intéresse davantage aux théories du leader noir Dwight York, condamné à 135 ans de prison et qui a écrit le livre « Leviathan 666 ». Lire le reste de cette entrée »





G-Unit – T.O.S: Terminate on Sight (2008)

26 07 2008

Et le G-Unit dans tout ça ? Ça faisait tellement longtemps qu’on n’en avait pas parlé… Même lorsqu’ils ne sortent rien, ils arrivent quand même à faire parler d’eux dans les médias. Mais les dernières nouvelles sont loin d’être élogieuses, car les rats commencent à quitter le navire, pour ne pas dire que l’embarcation, elle, est carrément en train de couler à pic. Ce qui s’était ressenti au niveau des ventes calamiteuses des derniers albums se répercute sur, justement, « l’unité » du groupe. Rien ne va plus entre le leader 50 Cent et le sudiste Young Buck, des tensions ont contraint ce dernier à être gentiment « viré » du crew. On se rappelle tous qu’a l’époque The Game avait en quelque sorte subi le même traitement avant que la relation ne s’envenime dans un interminable beef. Lire le reste de cette entrée »





Evidence – The Weatherman LP (2007)

25 03 2007

Mesdames Messieurs, bonsoir.

Si je vous interpelle ce soir ce n’est pas pour vous parler une fois de plus de mon crew les Dilated Peoples. Bah non, ça vous en avez suffisamment eu l’année dernière avec notre « 20/20 » qui contenait des tueries comme « Back Again » ou encore « You Can’t Hide, You Can’t Run ». Non ! Si moi, Evidence, je m’adresse à vous, tout seul de mon côté c’est pour vous délivrer cet fois-ci mon propre bulletin météo, celui de ma vie. Lire le reste de cette entrée »





El Da Sensei – The Unusual (2006)

12 04 2006

Sensei : (Jap) Titre de respect envers un professeur, un maître, un docteur, ou une personne dont l’expérience dans un certain domaine est officiellement reconnue.

Depuis 1997, suite à certains désaccords artistiques, The Artifacts ne sont plus. ainsi les deux membres de ce groupe mythique de New-Jersey que formaient Tame-One et El Da Sensei choisîrent l’option du chemin en solo. En 2002, El Da Sensei sort son premier opus solo, ‘Relax, Relate, Release’ (Seven Heads Entertainment), mais ce n’est qu’en cette année 2006 qu’il revient sur le devant de la scène avec son deuxième album intitulé ‘The Unusual’ avec pour label cette fois-ci Fat Beats Records. Lire le reste de cette entrée »