Rakim – The Seventh Seal (2009)

7 11 2009

Après des années de traversée du désert, Rakim revient assoiffé en studio pour délivrer son troisième album solo. Un retour qui nous faisait dors et déjà saliver. Depuis que son projet sous l’écurie Aftermath a fait fausse couche il faut dire qu’on avait presque plus d’espoir de le réentendre. En 2000 on s’attendait à un retour grandiose, prenant une dimension gigantesque avec le génie de Dr. Dre aux manettes, mais les divergences artistique entre les deux géants du Hip Hop était trop grande pour pouvoir s’accorder sur un album entier. A cette époque Rakim avait tout pour faire le come back parfait et nous faire réagir avec un « Oh! My God » (nom supposé de cet opus). Son envie de rapper était la, il s’était même installé en Californie pour être au plus proche de ceux qui allait réveiller son talent. Finalement les nombreux morceaux enregistrés resteront encore sous scellés pour longtemps. Hormis les quelques fuites de mauvaises qualités dévoilés sur la toile, on ne retiendra au final de cette période que son featuring avec Truth Hurts (« Addictive »), sa participation à la B.O d’ 8 Mile (« R.A.K.I.M. ») et à « The Watcher Pt.2 » de Jay-Z. Lire le reste de cette entrée »




Kurupt & J. Wells – Digital Smoke (2007)

28 06 2007

L’été approche à grand pas, et c’est justement pour tous les amoureux des bon gros sons ensoleillés que Kurupt & J.Wells se sont associés pour nous proposer une recette typique californienne. Baptisé Digital Smoke (Bonzi Records), ce produit est une came composée d’ingrédients déjà très répandus sur la côte ouest. Mais ces gros barons ont les bras longs et savent toujours comment attirer les clients, nouveaux ou anciens, en les rendant vite accros. La réputation du bouche à oreille fait souvent vite effet, c’est pour ça qu’ils ont fait appel à des experts en ’weedologie’ afin qu’ils testent, analysent et rendent le produit plus crédible, plus commercial. Un certains Mr. Kane, grand chercheur de Pomona renommé pour ses travaux sur l’addiction à ces substances, est devenu vite gaga lorsqu’il s’injecta dans les tympans une dose que lui a réservé J.Wells (« I Came In The Door« ). Bruitage de lèvres, imitation de chèvre, des pleurnicheries lyricales, bref un sentiment de psychose mêlé à l’extase s’est installé en lui. Lire le reste de cette entrée »