La Coka Nostra – A Brand You Can Trust (2009)

19 07 2009

 

Trois ans de latence auront été nécessaire après l’annonce, pour que l’obscure super groupe du Hip Hop commence sa propagande discographique. La Coka Nostra (LCN) est une pieuvre dont les idéologies se trouvent dans le cerveau de 5 activistes majeurs. Une réunion de la famille américano irlandaise House of Pain et Slaine, connectée avec le blanc bec juif politiquement incorrecte de Brooklyn, Ill Bill. Cinq piliers qui ont tous ramené avec eux dans le collectif leurs bras droits et leur entourage proche. Lorsque le rassemblement studio de toutes ces têtes a enfin pu se faire, le résultat donne « A Brand You Can Trust », un mouvement, une révolution invisible qui émerge des rues crades de New-York. Lire le reste de cette entrée »





Brooklyn Academy – Bored Of Education (2008)

16 11 2008

On en entend de toute part sur les super groupes qui doivent se former et sortir un album d’ici peu de temps… Bien souvent, ces projets se terminent en un non-lieu plus que frustrant pour les auditeurs. Désormais, à chaque annonce de la sorte on ne se fait plus du tout d’illusion, notre espérance laisse le temps couler et puis on verra ce qu’il en adviendra… Le bout du tunnel, c’est ce que viennent de voir les trois rappeurs underground Pumpkinhead, Block McCloud et Mr. Metaphor. Treize ans après leur rencontre et une carrière solo chacun de leur côté, ils débarquent ensemble pour enfin révéler leur premier album commun avec la Brooklyn Academy. Tous originaires de ce prolifique quartier de New-York, ils en font majoritairement l’éloge tout le long du disque avec une ambiance à la fois street et magique, dans la pure tradition de ce qui sort des rues de Bk (« Close Your Eyes » produite par Twice). Lire le reste de cette entrée »





Ill Bill – The Hour Of Reprisal (2008)

27 09 2008

Transféré de Psycho-Logical à Uncle Howie Records, ce kid de Brooklyn reste donc en famille pour nous révéler ce second album annoncé depuis pas mal de temps maintenant. Fidèle à lui-même, il découpe la société et la vie avec brutalité, pas de place aux sentiments. Vous voyez cette scène culte où Rocky s’entraîne sur des carcasses de viande dans une salle frigorifique ? C’est un peu l’impression qu’on a lorsque Ill Bill s’exprime derrière le micro. Poings serrés, il raconte son histoire, sa réussite improbable au travers de titre percutant comme « This Is Who I Am » rythmé par le clavier de DJ Muggs. Si on avait déjà l’impression qu’Ill Bill révélait beaucoup de choses à propos de son environnement malsain, ici, tout semble plus profond, plus obscur, encore plus introspectif, une crackhouse en guise de berceau, à en croire les terrifiantes révélations de « My Uncle » (parlant surtout de son désormais célèbre Uncle Howie). « What Wrong With Bill » vous mettait la pression ? Celui-ci vous plongera dans un climat de terreur, d’inquiétude comme on en a peu vu auparavant. Un Hip Hop hardcore au paysage chaotique, c’est la spécialité de cette grande famille de rappeurs, majoritairement blancs, unis au sein des Non Phixion, Jedi Mind Tricks ou encore plus récemment en la prometteuse formation Coka Nostra. On retrouve d’ailleurs une grosse partie de ces protagonistes qui viennent l’épauler dans ses frasques diaboliques. Lire le reste de cette entrée »





Snowgoons – Black Snow (2008)

12 07 2008

L’équipe de producteurs allemands connu sous le blaze de Snowgoons n’a pas fini de vider son chargeur de German Luger l’an passé. Vous étiez, à juste titre, un bon nombre d’Hip Hoper a succombé sous l’impressionnante avalanche de collaborations et ses morceaux dynamites qui en résultaient. Quelques mois auront suffi pour rechausser les skis et repartir sur la piste d’un album frigorifique baptisé « Black Snow » et toujours épaulé par le charismatique label Babygrande Records. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore l’aventure des Snowgoons résulte d’un effet boule de neige; une rencontre avec Virtuoso à Boston engendra la connaissance de Jus Allah, Chief Kamachi, et ainsi de suite la connexion avec le who’s who de l’underground eastcoast était faite. Les beats de ce combo étant plus qu’alléchant on comprend l’engouement et l’acceptation de tous ces rappeurs à venir lâcher dessus quelques verses. Lire le reste de cette entrée »





Randam Luck – Conspiracy of Silence (2008)

7 05 2008

« La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu’encadrer ce silence ». Miles Davis.

Groupe: Randam Luck
Composition: Randola, Lucky, Stadi Majadi.
Provenance: San Diego (CA)

Album: Conspiracy of Silence
Label: Babygrande Records
Producteur Executif: Jesse Buss
Date de sortie: 29 Avril 2008
Lire le reste de cette entrée »





Necro – I Need Drugs (2000)

7 10 2007

En 2000, l’apocalypse annoncée n’a pas eu lieu, n’en déplaisent à tous ces pseudos voyants véreux (hein Paco). Le Hip Hop lui, semble cependant avoir mal accepté ce changement soudain et va pour se venger mener cette année-là une véritable campagne de terreur. A peine remis du phénomène Eminem qui vient braver tout les interdits et les tabous avec The Marshall Mathers LP, les États-unis voient naître un nouvel écorché vif. Déjà choquées par les Gravediggaz ou les Flatlinerz avec leur style Horrorcore, ils n’allaient plus s’en remettre avec Necro et son Death Rap ravageur. Ce gamin venant des bas fonds de Brooklyn, de Glenwood Project pour être plus précis, montre déjà son mépris pour l’autorité en préférant définir lui même son style avant que les médias s’en chargent. L’underground new-yorkais découvre alors un rappeur ado morbide, ultra violent, fan de Charles Manson, qui délivre déjà des freestyles d’anthologies sur les ondes de l’émission de Stretch & Bobbito. Le temps passe, son rap prend de plus en plus d’ampleur, ses productions funèbres s’affinent et il en fait profiter quelques uns comme Cage sur son mythique Agent Orange, ou pour son propre EP en 1998 (Necro). Après s’être en plus essayé dans la réalisation de films aussi sanglants et crus que ses rimes, il crée son propre label Psycho+Logical Records pour pouvoir enfin dévoiler son tout premier album solo, intitulé logiquement en toute provocation I Need Drugs. Lire le reste de cette entrée »





Army Of Pharoahs – Ritual of Battle (2007)

15 09 2007

 

Il y a bien longtemps aux environs de l’an 98, alors que la planète Hip Hop vivait de beaux jours paisibles, une horde de barbares a commencé à semer un peu partout la terreur. Assoiffées de rage, d’envie de tout détruire et de conquérir le monde, ils lancèrent presque 10 ans plus tard un assaut sanglant baptisé « The Torture Papers » qui a laissé plus d’une oreille avertis sur le carreau. L’origine du mal a depuis été localisé, il s’agissait d’une poignée de militants venant principalement de Philadelphie avec à leur tête le redouté et puissant Vinnie Paz. Tel un phénomène naturel, impossible de passer à côté ou de trouver une solution pour éradiquer le fléau, si vous tenez à votre vie la meilleur solution reste encore de se soumettre et de subir leurs châtiments sans broncher. Lire le reste de cette entrée »