Brother Ali – Us (2009)

16 09 2009

 

Quand on dit que le Hip Hop n’a pas de couleur ce n’est pas toujours pour faire une morale gnan gnante et simpliste. Pour Brother Ali elle a un sens bien précis. La pochette noire et blanche de son nouvel album « US » n’est pas non plus anodine. S’il y en a encore qui ne le connaîtrait pas, ce rappeur débarqué de fin fond du Minnesota est atteint d’albinisme. Une maladie génétique mal comprise, mal vu par certains écervelés. Pour l’anecdote, les albinos sont même persécuté dans quelques pays africains par des sorciers qui se servent de leur corps pour créer des potions soi disante guérisseuses. Inutile de vous raconter que, même dans une démocratie comme les Etats-Unis, toute sa vie il a dû essuyer des critiques, des discriminations et autres revers de toutes parts à cause de sa pigmentation trop pâle. Les évènements de son vécu ont forgé le moral et les textes de ce rappeur d’exception, et c’est pour ces raisons qu’on est souvent obligé de raconter son passé, son statut, afin de mieux comprendre ses albums tous aussi intelligents et bien ficelés les uns que les autres. Peu importe sa couleur, de savoir qu’il est blanc ou noir quelle importance, sa musique est bonne et c’est bien la seule chose qu’on est en droit de connaître. 

Lire le reste de cette entrée »





Freeway – Philadelphia Freeway 2 (2009)

25 05 2009

 

« Tiens! C’est quoi ce Philadelphia Freeway 2 ? », telle a été la réaction de nombreuses personnes lorsque la pochette de ce disque fût révélé. Franchement, on avait peine à croire que Freeway allait nous sortir une suite à son classique avec une promo inexistante, en indépendant et surtout peu de temps après « Free At Last » qui était déjà énormément retardé. Et pourtant c’est bel et un bien un street album officiel que dévoile Real Talk Ent. avec que des inédits. Lui qui venait déjà de faire fort durant le mois de Décembre 2008 en sortant une track par mois (le tout disponible sur la mixtape « Mond of Madness ») continue sa boulimie du studio histoire de préparer le terrain pour son album commun avec Jake One (« The Stimulus Package ») prévu pour la fin de l’année. La question qui s’est immédiatement posée était de savoir qui allait s’occuper de la production. Car c’est bien beau de proclamer l’opus comme une suite, mais si l’équipe et l’atmosphère de Roc-A-Fella n’y ai pas, on voit pas vraiment le rapport. On est pas naïf pour autant et on sait bien qu’il s’agit avant tout d’un effet de buzz. Paris réussi en ce qui nous concerne car on a de suite voulu savoir en détail ce qu’avait encore sous le capot l’incontrôlable Freeway. Lire le reste de cette entrée »





Statik Selektah – Stick To The Script (2008)

4 11 2008

On continue sur notre lancée des albums de producteurs sortis récemment avec celui qui ne cesse de prendre du gallon, le DJ/Prodo venu importer sa ‘Boston touch’ qui va par le nom de Statik Selektah. La première fois que l’on avait prononcé son nom sur Rap2k c’était en 2005 par l’intermédiaire de la mixtape « The Empire Strikes Back » qu’il avait réalisé en collaboration avec le crew G-Unit. Installé depuis au sein même de la Mecque du Hip Hop qu’est New-York, il a pu imposer et mettre son blaze sur toutes les lèvres avec un premier ouvrage de bonne facture. « Spell My Name Right (The Album) » (du nom de l’une de ses premières tapes) sorti sous sa propre structure (Show Off Records) et rassemblant des artistes venus de toutes parts, avait de quoi nous promettre une suite. C’est désormais chose faite ! Pas de temps à perdre, après avoir réalisé quasi intégralement l’album de Reks (qui est d’ailleurs l’un des plus intéressants qu’on ait pu entendre cette année) et avoir dirigé artistiquement celui de son homie Termanology, il remet ça sur « Stick 2 The Script » avec 15 pistes combinant un panel d’artistes toujours aussi excitant sur le papier. Lire le reste de cette entrée »





Jake One – White Van Music (2008)

15 10 2008

 

Rares sont les albums de producteur a maintenir la dragée haute du début jusqu’à la fin, surtout lorsqu’il s’agit de la première tentative de celui-ci. La présence en nombre d’invités prestigieux ne garanti en rien une qualité, c’est le raisonnement qu’il faut absolument avoir en tête lorsqu’on regarde dans les bacs un tel tracklisting. Si Jake One fait partis de ces talentueux et prometteurs beatmakers il n’échappe pas à cette monotonie qui gangrène son album sur la longueur. A 32 ans, Jacob Dutton se distingue et expose un peu plus de lumière sur sa ville de Seattle grâce à ses productions lâchées pour la scène underground (John Cena, Rasco,…). Mais son premier gros coup médiatique se fera par l’intermédiaire du G-Unit pour lesquels il co-produira avec Fusion Untld le titre « Betta Ask Somebody » présent sur Beg For Mercy. Lire le reste de cette entrée »




Termanology – Politics As Usual (2008)

5 09 2008

En provenance du Massachusetts, le rappeur Termanology, avec tous les petits projets et mixtapes de bonnes factures lâchées à droite et à gauche, faisait déjà figure de leader of the new school selon The Source et bon nombres d’auditeurs. Là où on peinait à voir venir le concret des Saigon, Papoose et compagnie, Termanology lui préférait croquer la big apple avec un premier album solo bien réel. La faute de ce remue ménage, une production magique que lui sert DJ Premier et qui lui permet d’exploiter sa fraîcheur lyricale sur « Watch How It Go Down » (qu’on retrouve sur cette trackliste finale). Un préambule qui va vite attirer les regards des gens dès lors qu’on sait que la moitié de GangStarr a travaillé et s’intéresse à lui. Pour lui c’est simple, ayant grandi avec la scène californienne, mais aussi le son brut de New York dans les oreilles, il voudrait forcément reproduire cette alchimie et travailler avec des beatmakers légendaires pour son album, peu importe le prix à payer. La fait d’être un proche de Krumbsnatcha lui a déjà permis d’approcher DJ Premier, la suite des contacts devraient faire effet boule de neige. Et a en lire sur le papier la trackliste finale, le résultat semble être à la hauteur de ses attentes, une sorte de « Illmatic » (Nas) ou de « Criminal » (Scientifik) version 2008, tant les invités sont prestigieux. Reste plus qu’à écouter et à juger cette impressionnante formation sur ces 13 pistes. Lire le reste de cette entrée »





Skillz – The Million Dollar Backpack (2008)

12 08 2008

Le plus connu des ghostwriters du Hip Hop refait surface en solo avec cette fois-ci un album entièrement composé d’inédits. 12 ans après « From Where?? » et 3 piges suivant ses « Confessions of a Ghostwriter », le Mc de Virginie a plus que jamais envie de se faire un nom dans le milieu, de construire sa carrière et sa réputation en tant que rappeur et non comme simple parolier. Si la pochette de « The Million Dollar Backpack » rayonne de couleurs ce n’est pas anodin, après avoir parcouru les années dans l’ombre d’autres artistes c’est à son tour d’être sous les spotlights et de nous faire partager son riche vécu qu’il trimballe justement dans son sac a dos. Une récompense qui serait sommes tout mérités, encore faut-il maintenant concrétiser l’ambition. Pour cela il roule sa bosse tout seul laissant Rawkus (et les crasses que ça lui a values) pour Koch Records qui se charge maintenant de gérer Big Kidz Entertainement, son label qu’il a créé dernièrement. Lire le reste de cette entrée »





Paul Wall – Get Money, Stay True (2007)

7 04 2007

Sortez vos grillz, enfilez vos bermudas, vos polos, décapotez votre caisse car le climat estival a fait son apparition prématurément et des albums appropriés aux températures viennent squatter les bacs de vos magasins préférés. Moi, j’arrache d’un coup de croc doré, tel un chien enragé, le plastique qui entoure le dernier album du blanc bec de Swishahouse Records, Paul Wall, « Get Money , Stay True ». Ouverture du boîtier d’un doigté agile, feuilletage rapide du livret avant de monter dans la petite 106 Kid rouge (Stay True!) pour fourrer l’autoradio Sony de cette galette qui s’annonce chaud bouillante pour les tympans. Petite virée en banlieue parisienne donc pour l’écouter tranquillement sous ce beau ciel bleu. Lire le reste de cette entrée »