DJ Quik & Kurupt – BlaQKout (2009)

23 06 2009

 

Voila un album qui accentuera la nostalgie des amoureux de cette époque ou la Westcoast ensoleillait et dominait le Hip Hop. Finis l’esprit et les crapuleries de l’écurie Death Row, seul les amitiés ne se sont pas effritées, en témoigne cet album commun fabriqué en 2009 par ces deux lascars qui continuent de nous faire vibrer. Dj Quik, producteur génial à la touche funky qui vous caresse l’intérieur du crâne, et Kurupt, chien fou de Los Angeles au style rafraîchissant et inimitable, la formule nous en donne déjà l’eau à la bouche. Surtout qu’on se souvient de l’excellent « Digital Smoke » que ce dernier avait conçu avec J. Wells. Deux gros noms que tout le monde connaît, mais néanmoins deux artistes qui semblent ne pas avoir reçu l’engouement mérité durant leur carrière. Probablement dû à une discographie en demi-teinte pour Kurupt, et l’impacte de Dr. Dre qui a semble-t-il toujours fait de l’ombre aux autres prodos californiens. Cela n’a pas pour autant empêché le travail de DJ Quik d’être reconnu, de resté dans l’histoire et d’être encore aujourd’hui grosse référence pour les générations qui suivent. Lire le reste de cette entrée »





Snoop Dogg – Ego Trippin’ (2008)

12 03 2008

Il était temps que les amateurs de rap Westcoast acceptent une fois pour toute que Snoop Dogg ne concevra jamais un Doggystyle bis (ni une suite à son dernier classique certifié Tha Last Meal), la mode du G Funk appartient au siècle dernier même si des irréductibles la font perdurer (même dans nos contrées du Val II Marne). Mais Snoop n’a pas attendu l’avis des conservateurs pour poursuivre son évolution artistique, il avait d’ailleurs scandalisé son fidèle public avec R&G The Masterpiece en 2004. Pour Ego Trippin’, le rappeur de Long Beach tenait absolument – au départ – à réaliser un album sans aucun invité, très personnel, produit uniquement par The Neptunes et sur lequel il pourrait faire trembler sa luette comme il le sentait. Une démarche audacieuse carrément à l’opposé d’un Tha Blue Carpet Treatment featuring la côte ouest au complet plus des grands noms rap/r&b en tout genre, artistes et producteurs confondus. À l’arrivée, le résultat n’a rien à voir avec ce qui était convenu : Quatre artistes se sont greffés à ce projet supervisé par QDT Muzik…QDT ? l’acronyme de Quik/Dogg/Teddy, plus précisément un trio formé de Snoop, l’illustre producteur Westcoast DJ Quik et Teddy Riley, la légende urbaine qui a inventé le New Jack à la fin des années 80 et produit Dangerous de Michael Jackson.

Après écoute des 21 pistes, aussi différentes les unes que les autres, il fallait une analyse complète et précise de cette œuvre surprenante point de vue créatif. Pour cela, le westcoastler Bobby Milk et moi-même, défenseur d’un Hip Hop progressif, allons confronter nos avis titre par titre à travers nos descriptions. Lire le reste de cette entrée »





DJ Quik – Quik Is The Name (1991)

1 09 2005

En 1991, le Gangsta Rap est déjà plus que présent à Los Angeles, les Ice-T, N.W.A et autres Above The Law ont véritablement transformé ce mouvement, ce style en un véritable phénomène nationale. Mais venant d’un quartier du nom de Compton où de nombreux pionniers comme Dr. Dre, MC Eiht, Ice Cube, et son cousin Eazy-E ont fait leurs preuves dans le rap game, David Blake aka DJ Quik compte bien lui aussi saisir sa chance et faire sa place dans ce milieu. Lire le reste de cette entrée »