Clipse – Til The Casket Drops (2009)

19 12 2009

 

On ne les présente plus et pourtant on a cette curieuse impression que les Clipse sont encore vraiment trop méconnu du grand public Hip Hop. Fidèlement lié aux Neptunes depuis un jour de l’année 93, les deux frères de Virginie ont su surfer sur cette poudreuse de luxe en nous offrant généreusement des sensations jouissives dans « Lord Willin' » et « Hell Hath No Fury ». Depuis on ne savait plus trop ce qu’ils allaient nous réserver pour la suite vu que leur contrat avec Jive Records venait à son terme. Inséparable de Star Track et de leur propre structure Re-Up, le duo trouvera finalement refuge au sein de Columbia Records. Une nouvelle aventure est alors en train de se construire. En 2008 Koch dévoile fièrement le premier opus de la formation Re-Up Gang, un collectif auquel s’ajoute Ab-Liva et Sandman, avant qu’une mixtape baptisée « Road To Till The Casket Drops » ne fasse la promo de leur ligne de vêtement et serve de prélude avant le grand retour en studio. Lire le reste de cette entrée »





Mack 10 – Soft White (2009)

29 09 2009

 

Un autre vétéran de l’âge d’or de la Westcoast fait un retour discret chez vos disquaires préférés. Lorsqu’il n’était pas entouré par Ice Cube et WC (avec lesquels ils forment la célèbre Westside Connection pour ceux qui ne le sauraient pas), il faut dire que Mack 10 n’a jamais vraiment fait beaucoup de bruit malgré ses très bons premiers albums chez Priority. Seuls les inconditionnels de cette scène peuvent témoigner de la qualité de ses échappées en solo. La discographie de la triplette d’Inglewood étant en suspens suite à son différent avec Ice Cube, Mack 10 se dépatouille totalement seul avec sa structure Hoo-Bangin’ et vient héberger sa nouvelle distribution via Cash Money Records. « Soft White » (Fontana Distribution) fait peur par sa pochette sans inspiration et met le doute quand à sa possible mutation vers des sons plus sudistes. Mais quand on y regarde de plus près, ce nouvel album rappelle fortement son « Bang Or Ball » qui était lui aussi entouré par l’écurie de Birdman et Lil’ Wayne et avait une cover digne d’un film d’action sans moyen et sans scénario. Allez on ne se fit pas à tout ça et on presse play… Lire le reste de cette entrée »





Slaughterhouse – Slaughterhouse (2009)

13 09 2009

  Ils n’auront pas perdu de temps. Un an a peine après l’officialisation, le combo Slaughterhouse révèle déjà son premier album. Mais qui se cache derrière ce blaze carnassier? Pas moins que Joe Budden, Crooked I, Joell Ortiz et Royce Da 5’9 ». Que des rappeurs qui était promis a un bel avenir et qui par différents obstacles se sont contentés d’une carrière en demi teinte, voir bien pâle en ce qui concerne le pauvre Crooked I. Des rookies tous anciennement couvés sous l’aile de grand label (Death Row/Murder Inc., Def Jam, Aftermath, Tommy Boy) qui réunissent à présent leur force pour mieux exploser en indépendant. Connaissant les caractéristiques de ces charcutiers de la rime on était en droit de s’attendre à un projet sanglant. On verra par la suite que l’album est bon, mais qu’il semble avoir néanmoins été bouclé un peu trop dans la précipitation. Lire le reste de cette entrée »





Fabolous – Loso’s Way (2009)

25 07 2009

 

Désillusion du public, échec commercial, on ne peut pas dire que Fabolous soit rentré du bon pied chez Def Jam avec « From Nothin’ To Something ». « Make Me Better » avait beau séduire avec la production de Timbaland et la particpation de Ne-Yo, il n’y avait bien que ça pour satisfaire les attentes. L’ancien rookie new-yorkais devenu une valeur confirmé a connu ici ses premiers déboires et comptait bien les faire oublier en retravaillant rapidement sur un nouveau solo. Plus pointilleux dans ses choix de collaborations, plus précis artistiquement, mieux cadré, on apprend aussi rapidement qu’il va faire comme Jay-Z avec American Gangster en s’inspirant d’un film comme ligne scénaristique du disque. En l’occurrence Carlito’s Way (L’Impasse pour nous français) avec Al Pacino qu’il transforme ainsi en « Loso’s Way ». Un projet qui donne, à ceux qui l’on vu, forcément des espérance sur son contenu. On le voit déjà bien rempli de tracks sombres et street. Bref un Fabolous qui tente tant bien que mal avec ce 5ème solo de sortir la tête de l’eau et de renouer avec les bonnes critiques en essayant de faire quelque chose de mieux. Lire le reste de cette entrée »





Bun B – II Trill (2008)

16 05 2008

Les meilleurs partent les premiers et ça s’est, malheureusement, une fois de plus, vérifié en ce début d’année 2008 avec la disparition de Chad « Pimp C » Butler. Et lorsque ce n’est pas la violence des rues qui déchire l’histoire du Hip-Hop, c’est d’autres aléas qui s’emparent des rappeurs. Pour Pimp C, son dernier Drank (cocktail mélangeant sirop pour la toux à base de codéine, alcool, weed, héroïne ou ecstasy) dans un hôtel californien lui aura été fatal. On imagine bien sûr l’immense douleur qu’à pu ressentir son partenaire et avant tout ami Bun B en apprenant cette triste nouvelle, eux les inséparables Underground Kings qui depuis la fin des années 80 représentent fièrement leur Sud et ont contribué à son émergence. Solidaire ils l’ont toujours été, étonnant d’ailleurs dans ce milieu qui nous habitue pourtant de plus en plus à voir des rappeurs se tirer verbalement dessus à la moindre occasion. L’égoïsme brutal de quitter le groupe pour une carrière en solo, le succès facile, signer sur un grand label parce qu’il est le plus hype du moment n’avaient aucune richesse à leurs yeux face à leur unité et à leur bon vouloir de contrôler entièrement leur carrière. UGK et authenticité ne font qu’un. Lire le reste de cette entrée »





Evidence – The Weatherman LP (2007)

25 03 2007

Mesdames Messieurs, bonsoir.

Si je vous interpelle ce soir ce n’est pas pour vous parler une fois de plus de mon crew les Dilated Peoples. Bah non, ça vous en avez suffisamment eu l’année dernière avec notre « 20/20 » qui contenait des tueries comme « Back Again » ou encore « You Can’t Hide, You Can’t Run ». Non ! Si moi, Evidence, je m’adresse à vous, tout seul de mon côté c’est pour vous délivrer cet fois-ci mon propre bulletin météo, celui de ma vie. Lire le reste de cette entrée »





The Game – Doctor’s Advocate (2006)

13 11 2006

Après avoir crée un engouement hors du commun avant la sortie de son premier album The Documentary (sorti sur Aftermath/G Unit Records), The Game n’a pas pour autant cessé de faire parler de lui après la sortie de ce disque qui a connu un énorme succès : environ 400 000 exemplaires vendu le jour de sa sortie aux USA, pour finir double platine et finalement comptabiliser plus de 4 millions d’albums vendus dans le monde. Lui, le nouveau protégé de Dr Dre, lui qu’on nomme déjà comme le nouveau représentant de la Westcoast, est devenu en l’espace de quelques semaines la coqueluche des médias. Il faut dire qu’il y avait matière à se pencher sur son cas, la presse n’ayant cessé de suivre ses péripéties au jour le jour depuis la querelle naissante avec 50 Cent peu après la sortie de Documentary (et qui continue encore de nos jours). Eté 2005, la nouvelle tombe : 50 Cent, qui l’avait pourtant pris sous son aile et contribué à son succès, annonce à la radio qu’il ne faisait plus partie du crew des G-Unit. S’ensuivit alors de nombreuses tensions et représailles à distance, comme la première fois où le slogan fédérateur ‘G-Unot’ fut lancé lors du festival Summer Jam, sans parler des multiples diss-tracks à l’encontre de Curtis Jackson et sa bande. La réaction du camp adverse fut réciproque. Et ce n’est pas cette pseudo-réconciliation lors de donations de fonds pour diverses associations qui changera la donne. Mais qui sème le vent récolte la tempête… C’est un peu ce que The Game va finir par s’apercevoir à force de chahuter tout le monde et de lancer des campagnes nuisibles sur 50 Cent, vu que celui-ci est aussi lié au label Aftermath. Lire le reste de cette entrée »