Ace Hood – Gutta (2008)

15 11 2008

 Il n’y a pas plus explicite: Le blason We The Best Music d’un côté, de l’autre celui de Def Jam Recordings, le tout est relié par un bon paquet de fric accompagnant le produit qui a fait fructifier cette collaboration. Ça sent le business à plein nez! Derrière le jeune rookie sudiste Ace Hood on n’est pas étonné de retrouver le manager/Dj/entrepreneur/producteur? le plus gueulard du Hip Hop game, le palestinien le plus bling bling de Miami, j’ai nommé DJ Khaled. Premier poulain de l’écurie, Ace Hood débarque lui aussi de Floride et comme son mentor et beaucoup de nouvelles têtes à venir s’aventurer dans le milieu, il est principalement la pour faire son biz; faire trembler les rétros avec les boomers, bouger les culs et faire voler les dollars sans prise de tête avec une panoplie de titre bangers ([i] »Get’ Em Up »[/i]. Lire le reste de cette entrée »





Lil’ Wayne – Tha Carter III (2008)

28 06 2008

Par où commencer…. il y a tellement à dire lorsqu’on évoque le cas Lil’ Wayne. Au premier abord ce qui saute immédiatement à l’esprit c’est cette improbable ascension qu’a connu au fil des années le rappeur des Cash Money. Les médias et l’univers musical voisinant le Hip Hop en sont devenu totalement boulimique. À un point qu’on peut, dors et déjà deviner sa présence sur le prochain projet de tel ou tel rappeur. On a beau l’apprécier, ou pas, cette surexploitation en devient étouffante pour tous. D’un autre côté, de fil en aiguille, c’est avec ce procédé qu’il a réussi à Lil’ Wayniser la planète. Une apogée qu’il concrétise le 10 juin 2008 en sortant le très attendu dernier chapitre de la trilogie des Carter. Comme à son habitude une flopée de mixtape (plus ou moins officielles) à vu le jour avant l’album, laissant transparaître quelques inédits qui seront en fin de compte utilisés sur le EP intitulé « The Leak » et qui n’a fait qu’augmenter un buzz déjà trop bien bâti. EP d’ailleurs disponible en bonus avec cet album. « Remember Me » qu’il disait à 16 ans sur ‘Tha Block Is Hot’… Lire le reste de cette entrée »





Flo Rida – Mail on Sunday (2008)

25 04 2008

De plus en plus de nouvelles têtes apparaissent d’un coup sous les projecteurs du Hip Hop avec leur unique tube de l’été sous le bras. Une déferlante médiatique momentanée s’abat alors sur eux, puis repartent dans l’ombre de leur scène locale, les poches pleines, mais presque aussi vite qu’ils sont venus. Pas de doute qu’une infinité d’adeptes seulement connaissait Flo Rida avant qu’il explose dernièrement avec son EP contenant le fameux « Low ». On ne l’espère pas pour lui, mais à première vue tout laisse penser qu’il fait partie de ces ambianceurs d’un temps qui aura rapidement un successeur aussi furtif. Pour en être quasiment sûr de son destin encore faut-il avoir écouter l’album qui suit son débarquement hertzien. Lire le reste de cette entrée »





Rick Ross – Trilla (2008)

7 03 2008

Les dentiers de nombreux retraités pensaient pouvoir se reposer paisiblement sur les côtes de la Floride depuis que la booty music se faisait moins entendre, totalement dépassée par l’engouement nationale envers la crunk music. Mais dans la plus hot des villes caribéennes des Etats-Unis, Miami, un palmier peu en cacher un autre et d’autres rappeurs ont pris la relève pour faire résonner les caissons de basse. Avec son tube « Hustlin' » balancé en Août 2006 et son album Port of Miami qui s’en est suivi, Rick Ross a lourdement sévi, bien plus fort qu’une canicule, rappelant alors que sous ses apparences strass et paillettes se cachait une ville bourrée de vices. Lancé par Jay-Z via Def Jam et entouré par tout le panel médiatique du moment, le disque s’est rapidement transformé en or. Après maintes et maintes reports, le voilà de retour avec un nouvel opus nommé Trilla qu’il déclare en toute modestie « intemporel » en référence à un certain Thriller de Michael Jackson.

Lire le reste de cette entrée »