Method Man & Redman – Blackout! 2 (2009)

30 04 2009

 

Il n’y a pas qu’en chimie où l’on décèle des réactions explosives. Dans le monde du Hip Hop l’association de deux éléments peut aussi rapidement devenir dévastateur. L’équation la plus connu résulte d’une partie du Def Squad en contact avec un membre du Wu-Tang. Un peu de Red, un peu de Meth et la catastrophe d’un Blackout! est assuré. Tout le monde garde encore quelques séquelles de leur premier union il y a 10 ans de cela, notamment provoqué par un « Da Rockwilder » d’anthologie qui ne cesse de rendre fou le public lorsqu’il le joue en live. Leur carrière solo respective, les changements évidents du mouvement Hip Hop n’ont nullement effrité la complicité des ces deux électrons libres qui gardent leur excitation et leu inspiration initiale. Pour le prouver, les frères pétards nous laisser tirer sur leur nouveau joint fraîchement roulé. Rendez-vous pris dans une cave obscure le 19 Mai 2009; deux ans d’enregistrement, toujours sur Def Jam, une équipe de producteurs toujours irréprochables, la suite attendu de l’album mythique est désormais disponible. B.O! 2, bitch, we bring the drama. Lire le reste de cette entrée »




Skillz – The Million Dollar Backpack (2008)

12 08 2008

Le plus connu des ghostwriters du Hip Hop refait surface en solo avec cette fois-ci un album entièrement composé d’inédits. 12 ans après « From Where?? » et 3 piges suivant ses « Confessions of a Ghostwriter », le Mc de Virginie a plus que jamais envie de se faire un nom dans le milieu, de construire sa carrière et sa réputation en tant que rappeur et non comme simple parolier. Si la pochette de « The Million Dollar Backpack » rayonne de couleurs ce n’est pas anodin, après avoir parcouru les années dans l’ombre d’autres artistes c’est à son tour d’être sous les spotlights et de nous faire partager son riche vécu qu’il trimballe justement dans son sac a dos. Une récompense qui serait sommes tout mérités, encore faut-il maintenant concrétiser l’ambition. Pour cela il roule sa bosse tout seul laissant Rawkus (et les crasses que ça lui a values) pour Koch Records qui se charge maintenant de gérer Big Kidz Entertainement, son label qu’il a créé dernièrement. Lire le reste de cette entrée »





Cassidy – B.A.R.S. The Barry Adrian Reese Story (2007)

19 01 2008

Depuis I’m A Hustla, son dernier album datant de 2005, le rappeur de Philadelphie n’a pas cessé uniquement de faire parler de lui au travers ses frasques judiciaires, ou encore ses problèmes plus personnels. Il est déjà loin le temps où Cassidy gonflait sa réputation et n’était connu que pour ses mixtapes et freestyles lors de battles. Toujours sur le label de son ‘parrain’ Swizz Beatz, Full Surface/J Records/Ruff Ryders, il a tout de même surmonté les épreuves de la vie et nous les confie enfin sur ce troisième album bonnement intitulé B.A.R.S. (The Barry Adrian Reese Story). Comme à son habitude l’album est un mélange de tout genre: de textes personnels, de tubes, et de titres plus durs pour nous rappeler son statut de « hustla » qu’il affectionne tant. Un tout très hétérogène, mais comparé à ce qu’il a pu faire précédemment, l’ensemble de ce dernier paraît bien plus carré, mieux maîtrisé et plus consistant en qualité. Lire le reste de cette entrée »





Prodigy – H.N.I.C (2000)

7 03 2007

En 2000, les bruits de couloirs étaient finalement pas si absurdes que ça, le sulfureux rappeur des Mobb Deep, Prodigy, allait bel et bien sortir son premier album solo. Bien que lui et son partenaire de rimes Havoc soient en discorde avec Loud Records depuis la longue attente avant la sortie d’un certain Murda Muzik. Malgré cette mésentente, Prodigy trouva tout de même un accord avec le patron Steve Rifkind pour dévoiler sous cette structure H.N.I.C., financé par un accord de taille puisque un million de dollars est prévu pour la consolidation de celui-ci. Pee a désormais ses cartes en main, et va alors pouvoir tout mettre en place pour finaliser à sa guise son projet. Se faire un nom ? Pas vraiment puisque ça il a pu déjà le réaliser avec les quatre albums de Mobb Deep sortis précédemment. Mais Pee veut avant tout se dévoiler plus personnellement, raconter à lui tout seul qui il est, nous parler de son quartier, son enfance, ses problèmes de santé, sa vie. Lire le reste de cette entrée »





Nate Dogg – Music & Me (2001)

13 12 2006

Après un double volume de pur « G-Funk Classics » qu’il a eu du mal à décoller des droits de Death Row, la voix suave du pimpologue aka la voix préférée de ses dames aka Nate Dogg, revient enfin en 2001 pour nous délivrer des morceaux dont il est le seul à connaître la magie. Après avoir été le second acteur de tubes comme « Lay Low », « The Next Episode », « Area Codes » ou encore « Can’t Deny It », ce troisième album (ou deuxième si vous compilez les deux précédents) nous montre un Nate Dogg nouvelle version, plus énergique et envoûtant que jamais, qui nous dévoile ses principales facettes. « Music & Me » (Elektra), un titre évocateur pour le résident de Long Beach qui a décidé étant jeune de rentrer dans le gang des Rollin’ 20′ Crips afin de se faire rapidement de l’argent pour assouvir cette passion qu’est la musique et ainsi en vivre. Dans ce disque, on y retrouve bien entendu toute la grande famille qui l’entoure depuis le début. Snoop Dogg et ses Eastsidaz (Goldie Loc et Tray Deee) pour un « Ditty Dum Ditty Doo » plus que festif à la sauce Fredwreck, Dr Dre (qui lui a permis de se révéler) compose et pose sur « You Wife » au refrain poétiquement machiste, ainsi que Kurupt et son flow insolent sur « Can’t Nobody ». Lire le reste de cette entrée »