Prodigy – Product Of 80’s (2008)

7 10 2008

Histoire de rassurer ses fans, le ‘head nigga in charge’ a récemment envoyé de ses nouvelles via une lettre qu’on a pu lire sur son myspace et sur le site this50.com. On était ravis de le revoir en forme avec ses deux excellentes dernières sorties que sont le street album « Return of The Mac » et la tant attendue suite « H.N.I.C. 2 ». Et le rappeur laisse transparaître de cette lettre une sensation plus rageuse que jamais, mais sur fond de désolation, d’ennui. Normal me direz-vous lorsque vous êtes condamnés à être enfermés entre quatre murs bâtis avec les pierres de la loi. Trois ans et demi c’est long, très long, trop long même pour un artiste comme Prodigy qui depuis ses débuts avec Mobb Deep ne s’était pas aussi longuement éloigné des studios d’enregistrement. Et ce n’est que le début de sa peine… L’écriture et la lecture sont donc ses seules échappatoires, et le bon point à en tirer c’est que ses confidences, ses écrits n’en ressortiront que plus clairs, plus crus, plus incisifs. Il disait d’ailleurs comprendre la sensation connue par Tupac lorsque ce dernier était enfermé. L’un penchait pour la littérature de Machiavelli et Sun Tzu, Pee lui s’intéresse davantage aux théories du leader noir Dwight York, condamné à 135 ans de prison et qui a écrit le livre « Leviathan 666 ». Lire le reste de cette entrée »





Prodigy – H.N.I.C Pt.2 (2008)

7 05 2008

Pour beaucoup l’inquiétude et le défaitisme semblaient être de vigueur au sujet de l’avenir rapologique de Prodigy; ses problèmes de santé, sa signature chez G-Unit Records, sa récente condamnation à purger 3 ans derrière les barreaux, ses multiples faits divers et propos polémiques ont été le point d’orgue de cette mise à mort de l’artiste alors même qu’il n’était pas rentré dans l’arène. C’est clair l’époque Infamous des Mobb Deep n’est plus ce qu’elle était, mais au travers de sa mixtape officielle Return of The Mac, combinée au travail de l’unique producteur Alchemist, Prodigy a démontré qu’il continuait de marché sur les traces d’un rap gangstérisé insalubre. Tout ceci n’était, selon l’intéressé, qu’un léger échauffement avant de succomber aux pistes carboniques de cette fameuse et tant attendu suite au classique qu’est H.N.I.C. Tombé pour possession d’armes, il était clair qu’après s’être écarté momentanément et sans discorde avec l’unité des gorilles Pee aurait dû mal à continuer de flirter avec une major, c’est donc sous le petit et indépendant label Voxonic Records qu’ H.N.I.C. Pt. 2 voit le jour. Lire le reste de cette entrée »





Big Shug – Street Champ (2007)

15 09 2007

C’est dans la catégorie poids lourd de votre disquaire que vous retrouverez certainement ce nouvel album de Big Shug, membre de la Gangstarr Foundation pour ceux qui ne le sauraient pas encore. Après le mitigé Who’s Hard, ce second essai intitulé fièrement Street Champ nous montre que Big Shug revient plus sûr que jamais, les points serrés et les poumons gonflés à bloc pour enfoncer les portes du Hip Hop. Pour cela, l’homme à la voix rocailleuse s’est allié au talentueux producteur canadien MoSS pour réaliser la majorité de son produit brut. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que leur combinaison fonctionne bien. Des gros sons tantôt puissants (le plus souvent à base de gros riffs de guitares), tantôt nostalgiques finement pimentés de samples Soul efficaces et bien adaptés comme sur « What You Gonna Do« . Lire le reste de cette entrée »