Havoc – Hidden Files (2009)

26 03 2009

Le nom d’Havoc résonne dans toutes les têtes comme la moitié de Mobb Deep ou encore comme le producteur qui a apporté une touche sombrement glaciale au Hip Hop via ses boucles de piano. En bref, il fait partie de ces artistes qui n’ont plus rien à prouver, avec une réputation déjà bien fondée. Oui mais voilà, en étant si sûr de soi avec un tel passé et en continuant son chemin comme si de rien n’était, certains en oublieraient presque ce qu’il pourrait surtout y perdre… Une désillusion, un manque d’engouement qui s’est malheureusement confirmé avec Havoc lors de son premier solo « The Kush ». Trop synthétique, peu inspiré, la déception fut aussi grande (voire plus) que l’attente suscitée par ce dernier malgré une ou deux pistes potables. Deux ans plus tard et dans une campagne de promo quasi nulle d’E1 Music (Koch Records), la figure du Queens tente discrètement de reconquérir la critique avec un second opus solo, « Hidden Files », qu’il produit bien sûr entièrement. Lire le reste de cette entrée »





Large Professor – Main Source (2008)

28 09 2008

On pressentait que ce pilier de l’architecture sonore new-yorkais allait revenir avec un nouvel album mais on ne pensait franchement pas que le résultat aurait autant d’effet jouissif pour nos tympans. La faute a un long silence radio après son véritable premier disque « 1st Class », qui, ne mâchons pas nos mots, avait fortement déçu les inconditionnels de Large Pro. Bien sûr il y a eu ces deux volumes instrumentaux sortis dans le commerce histoire de prouver qu’il n’avait pas lâché son matériel, mais tout ceci ne nous garantissait aucun retour victorieux de sa part. A croire que Geffen Records lui avait définitivement coupé les ailes avant de s’envoler pour un succès en solitaire. C’est mal connaître ce résidant de QB, qui avec sa réputation acquise grâce à son groupe Main Source, n’a jamais cessé de ressourcer les croqueurs de la Big Apple. Cormega, Non-Phixion, Boot Camp Clik, Jin, Mic Geronimo,… tous ont bénéficié de la disponibilité et du talent du Professor. Dernièrement, il a fait extrêmement mal en sortant de sa botte secrète le missile « Stages » pour le rappeur de Boston Reks. Le doute n’a plus sa place, le grand Large Pro revient bel et bien dans toute sa splendeur. Lire le reste de cette entrée »





Prodigy – H.N.I.C Pt.2 (2008)

7 05 2008

Pour beaucoup l’inquiétude et le défaitisme semblaient être de vigueur au sujet de l’avenir rapologique de Prodigy; ses problèmes de santé, sa signature chez G-Unit Records, sa récente condamnation à purger 3 ans derrière les barreaux, ses multiples faits divers et propos polémiques ont été le point d’orgue de cette mise à mort de l’artiste alors même qu’il n’était pas rentré dans l’arène. C’est clair l’époque Infamous des Mobb Deep n’est plus ce qu’elle était, mais au travers de sa mixtape officielle Return of The Mac, combinée au travail de l’unique producteur Alchemist, Prodigy a démontré qu’il continuait de marché sur les traces d’un rap gangstérisé insalubre. Tout ceci n’était, selon l’intéressé, qu’un léger échauffement avant de succomber aux pistes carboniques de cette fameuse et tant attendu suite au classique qu’est H.N.I.C. Tombé pour possession d’armes, il était clair qu’après s’être écarté momentanément et sans discorde avec l’unité des gorilles Pee aurait dû mal à continuer de flirter avec une major, c’est donc sous le petit et indépendant label Voxonic Records qu’ H.N.I.C. Pt. 2 voit le jour. Lire le reste de cette entrée »





Big Noyd – Illustrious (2008)

15 01 2008

On ne l’attendait presque plus ce nouveau solo, et c’est bien là le problème. Depuis On The Grind, Big Noyd s’est un peu plus enfoui dans les rappeurs de l’ombre survivant grâce à de petit projets pas vraiment ambitieux (The Co-defendants et Stick-up Kid). Comment ne pas être de plus en plus sous-estimé quand on a un talent, un potentiel et qu’on a presque jamais délivré un album de cette envergure? S’il a appelé son nouvel album Illustrious, c’est bien parce qu’il continue d’avoir cette réputation grâce à ses collaborations d’antan malgré la piètre exposition médiatique autour de lui. De retour dans un label indépendant de renom comme Koch Records et sous sa propre structure Noyd Inc., il a désormais les cartes en main pour reconquérir une partie de ses auditeurs. Lire le reste de cette entrée »





Infamous Mobb – Reality Rap (2007)

28 11 2007

Ayyyyye! What Up Son! Tu l’as voulu, tu l’as eu, non pas un grand coup dans ton cul, mais une décharge auditive en provenance du trio le plus sombre du Queensbridge. Ty Nitty, Twin Gambino et GodFather Part III, plus connus sous les Infamous MOBB, nous auront donc bien fait patienter avant de sortir Reality Rap (IM3/Sure Shot Recordings). Trois années de longue attente qui au final auront valu le coup vu le résultat de cette troisième balle. Du côté de la 41st Side, les tranchées semblent toujours aussi saignantes et le climat ombragé par la violence et les histoires de drogues. Depuis Special Edition, ils sont restés fidèles à leur ligne de mire, rien ne semble avoir changé, pour le plus grand bonheur des fans, et ils nous transposent comme à chacun de leurs albums dans leur univers sous pression. Pas besoin de vous retracer le parcours de ces soldats de la rue, je vous laisserais l’opportunité de lire les précédentes chroniques pour cela, mais on peut d’ores et déjà annoncer qu’à la suite de cet troisiième opus, le groupe a décidé de s’arrêter là et que chacun des protagonistes suivront désormais leur carrière en solo. Triste nouvelle, mais que les admirateurs se rassurent, il n’y a guère de mésentente entre les membres et donc à l’avenir on ne sera pas à l’abri de les retrouver de nouveau réunis sur différents projets. Lire le reste de cette entrée »





Joell Ortiz – The Brick: Bodega Chronicles (2007)

28 04 2007

Inconnu il y a peu, il n’a pas fallu beaucoup de temps à Joell Ortiz pour devenir la nouvelle sensation du Hip Hop new-yorkais. Ses multiples prestations scéniques et freestyles posés sur son myspace ont fait fureur, mais sa popularité risque fortement de s’accroître avec les années à venir et ce pour plusieurs raisons. Mais revenons en arrière un instant, avant que cette belle aventure ne commence. Rappeur comme il en existe des milliers à New-York, sa seule mixtape Who The Fuck Is Joell Ortiz lui suffira pour se faire un nom. Vite repéré par les gros magazines, en 2004 son nom apparaît dans les articles correspondant aux nouveaux talents (le Unsigned Hype de The Source, ou encore le Chairman’s Choice de XXL). Dès lors tout s’enchaîne à une vitesse hallucinante : il gagne le Battle organisé par EA Sports et se voit le droit d’avoir sa chanson « Mean Business » sur la bande originale du jeu NBA Live 2005, lui qui en plus de ça à un très bon niveau au basket-ball. Il collabore avec des pointures tel Kool G Rap et KRS One. Les labels se l’arrachent, Jermaine Dupri cherche à le signer, mais suite à un désaccord avec ce dernier c’est finalement au fameux label du Dr Dre, Aftermath Records, qu’il confiera son destin. Choix plutôt judicieux quand on sait les gros noms qu’on y retrouve, et surtout le succès qu’on risque fortement d’avoir en sortant un disque sous cette écurie. Lire le reste de cette entrée »





Prodigy – H.N.I.C (2000)

7 03 2007

En 2000, les bruits de couloirs étaient finalement pas si absurdes que ça, le sulfureux rappeur des Mobb Deep, Prodigy, allait bel et bien sortir son premier album solo. Bien que lui et son partenaire de rimes Havoc soient en discorde avec Loud Records depuis la longue attente avant la sortie d’un certain Murda Muzik. Malgré cette mésentente, Prodigy trouva tout de même un accord avec le patron Steve Rifkind pour dévoiler sous cette structure H.N.I.C., financé par un accord de taille puisque un million de dollars est prévu pour la consolidation de celui-ci. Pee a désormais ses cartes en main, et va alors pouvoir tout mettre en place pour finaliser à sa guise son projet. Se faire un nom ? Pas vraiment puisque ça il a pu déjà le réaliser avec les quatre albums de Mobb Deep sortis précédemment. Mais Pee veut avant tout se dévoiler plus personnellement, raconter à lui tout seul qui il est, nous parler de son quartier, son enfance, ses problèmes de santé, sa vie. Lire le reste de cette entrée »





Big Noyd – The Stick Up Kid (2006)

13 10 2006

?!? Alors que son prochain album devait sortir sur le label Uncle Howie records (où s’y trouvent des artistes tel Ill Bill, Sabac Red ou encore Necro), celui-ci nous délivre fin Août une galette de morceaux sous le label Traffic Entertainment. Mais en y regardant de plus près la tracklist, on comprend tout simplement qu’il ne s’agit pas réellement de l’album attendu car il n’y a que peu d’inédits. Pour dire on y retrouve même des morceaux de ‘On The Grind’. Il s’agirait donc simplement d’une sorte de mixtape apéritif regroupant des chansons à droite et à gauche avant de passer au plat de résistance que sera son véritable prochain album. Lire le reste de cette entrée »





Big Noyd – Only The Strong (2003)

12 10 2006

1996
Présent sur tous les premiers opus de Mobb Deep, Big Noyd y fait une forte impression et se voit désormais contraint de subir le poids du titre de futur espoir du QB, voir de New-York, sur ses épaules. Cependant après son premier essai ‘Episodes of a Hustla’, le succès escompté était fortement en dessous de la barre. Mais tout ceci a une raison ; étant a ce moment là à la case prison, il n’avait guère son opinion à dire sur les morceaux choisis et le label Tommy Boy a fait comme il le sentait. Cela n’empêchera guère les amateurs du rappeur de considérer ce début comme un classique. Lire le reste de cette entrée »





Infamous Mobb – Special Edition (2002)

12 07 2006

Queensbridge, soit l’aboutissement du plus important projet de logement public de la ville de New York. Six blocks Nineteen Six buildings comme le répète souvent Ty Nitty, Twin Gambino et G.O.D. part 3, ayant tout trois naquis dans ce quartier sur la 41ème avenue. La construction des batiments en forme de Y avait pour but d’améliorer l’ensoleilement des résidents, mais à contrario c’est toute une atmosphère ténébreuse et dangereuse qui s’en dégagea. Musicalement, au cours des années le QB a démontré qu’il regorgeait d’artistes: MC Shan, Marley Marl, Tragedy Khadafi, Mobb Deep, Nas et j’en passe. Normal me direz-vous, quand on vit dans un endroit ou se trouve une forte concentration d’habitants totalement déshérités s’y mêle chomage, délinquance, drogue et histoires de gang en permanence, on en a des choses à raconter. Chacun retranscrit du mieux avec sa plume les moments de leur vie dans ce hood. Lire le reste de cette entrée »