Army of the Pharaohs – The Unholy Terror (2010)

13 04 2010

 On les pensait peut-être résigné à se réunir de nouveau pour concevoir un troisième fléau ténébreux dans le petit monde de l’underground, en vain… Trois ans plus tard, avec un gradé au tapis (Chief Kamachi radié du groupe pour conflit), deux nouvelles recrues (Block McCloud et Journalist) dans leur rang et un retour en force du soldat Apathy, l’armée des pharaons et son chef de file Vinnie Paz est fin prête pour remettre un peu de terreur dans nos oreilles. Malheureusement cette bataille titrée ‘The Unholy Terror’, qui sort encore sous l’œil avertis du label Babygrande, risque de ne pas recevoir les mêmes échos que leurs précédentes incursions. La faute à leurs stratégies artistiques inchangées. Les guerriers de l’AOTP n’ont en effet guère pris de risque vis-à-vis de leurs auditeurs. Si on les suit depuis le début on ne peut que constater que leurs volontés conquérantes s’essoufflent sur ce troisième volet. Lire le reste de cette entrée »





Jedi Mind Tricks – A History Of Violence (2008)

29 06 2008

Une euphorie largement justifiée s’était propagée en 2006 après la sortie de « Servants in Heaven, Kings in Hell ». Les Jedi Mind Tricks sortaient alors leur album « le plus commercial » avec autant de titres que de tueries et des invités apportant le meilleur d’eux-mêmes (R.A. the Rugged Man, Ill Bill, Chief Kamachi, Reef the Lost Cauze), ce n’est donc pas pour rien qu’il fut leur projet le mieux vendu à ce jour. Babygrande a de quoi se frotter les mains. Depuis leur signature en 2001, leur réputation n’a fait que s’accroître, tout en contaminant une ribambelle de rappeurs à leur atmosphère ténébreuse. Retour plus terre-à-terre en cette fin d’année avec un nouveau projet qui s’apparente à une digne suite de leur classique « Violent by Design » à la vue du titre, « A History of Violence », mais aussi par la réintégration au sein du crew de l’agressif Jus Allah. Avec cette recombinaison, c’est toute la mentalité initiale du groupe qui semble revigorée. Apportant un climat bien pesant, le groupe de Philadelphie continue son chemin offensif et parait encore plus redoutable que jamais. Lire le reste de cette entrée »





Randam Luck – Conspiracy of Silence (2008)

7 05 2008

« La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu’encadrer ce silence ». Miles Davis.

Groupe: Randam Luck
Composition: Randola, Lucky, Stadi Majadi.
Provenance: San Diego (CA)

Album: Conspiracy of Silence
Label: Babygrande Records
Producteur Executif: Jesse Buss
Date de sortie: 29 Avril 2008
Lire le reste de cette entrée »





NORE – Noreality (2007)

7 08 2007

Si il y a bien un artiste qui déçoit ces derniers temps c’est bien NORE. L’ancien partenaire de Capone n’est plus celui qu’il a été. Finie l’époque où les deux activistes défrayaient la chronique et s’habillaient de leur tenue militaire pour nous rapporter les dernières news sanglantes en direct des quartiers du Queensbridges et de LeFrak City. Mais qu’est-ce qui peut autant nuire à la carrière d’un rappeur? Encore et toujours ces problèmes de changement de label… Déchu de son nom de Noreaga, il passa des années à chauffer les bancs de Def Jam pour finalement sortir God’s Favorite, son seul et unique album en 7 ans. Sans compter son disque tant annoncé 1 Fan A Day chez Roc A Fella, qui enfin de compte a fini aux oubliettes, et sa piètre aventure reggaeton de l’année dernière sur Roc La Familia (N.O.R.E. Y La Familia…Ya Tu Sabe) avec laquelle il pensait enfin retrouver le sourire en surfant sur le succès de ce courant musical. Mais son origine porto-ricaine et le tube « Oye Mi canto » n’ont pas suffit a redorer son blason.

Lire le reste de cette entrée »





Custom Made – Sidewalk Mindtalk (2006)

13 12 2006

Je venais à peine d’arriver à Los Angeles que j’avais déjà mal au cou à force de regarder niaisement les palmiers qui jonchent la majorité des rues de cette cité. Le fait de ce voyage était en quelque sorte un pèlerinage la où Hip Hop rime avec fête, gangster, sexe et weed. Je découvrais cette ville les yeux pétillants et grands ouverts prêt à viser n’importe quel évènement qui pourrait s’y passer. Une grand-mère afro américaine tond son gazon qui avait l’air déjà bien court, en face un jeune soulève quelques poids qui semblent pourtant insupportables et à quelques pas de là un homme de race blanche (comme ils disent ici) apprend à faire des rollers à son fils. Tout semblait magique, les gratte-ciels de DownTown m’ont encore mis la tête dans les nuages et me font même oublier que pourtant les inégalités, les problèmes sociaux et ethniques sont bien présents. Lire le reste de cette entrée »