Marco Polo & Ruste Juxx – The Exxecution (2010)

8 04 2010

 Après vous conseiller l’exposition Crime et Châtiment actuellement au musée d’Orsay à Paris, dans la même thématique meurtrière je ne pourrais que vous inviter à vous pencher sur l’album commun entre Ruste Juxx et le producteur canadien Marco Polo. L’annonce était prometteuse et le résultat n’a pas faillis à nos prévisions, ‘The Exxecution’ coupe les têtes des faux Mc’s et revient à un Hip Hop 100% street. Suivant le ‘Double Barrel’ avec Torae que j’avais déjà bien apprécié, le canadien Polo a trouvé un client encore plus percutant pour jouer les bourreaux et pour trancher en deux ses conceptions. Qu’on ne s’y méprenne pas, l’album n’a artistiquement rien d’horrorcore dans le sens où pourrait laisser le supposer la cover avec cette coulée d’hémoglobine. Il s’agit juste d’une succession de beats solides comme le béton et tranchant comme une lame de guillotine sur lesquels vient poser un rappeur enragé qui n’a jamais eu autant les moyens de l’ouvrir qu’avec ce projet alors il nous donne la couleur dès le départ. Du Hip Hop brut de pomme qui a sa place dans les bonnes sorties de ce début d’année.

L’intro fait froid dans le dos avec ces touches de piano, comme si l’on apprenait notre propre condamnation à mort. Une fois de plus le producteur est épaulé par le légendaire DJ Révolution, et le trio nous brise la nuque comme une décapitation avec l’instru de ‘Death Penalty’ qui met en garde tous les imposteurs. Ca vient de Brooklyn et ça le sent encore plus à plein nez lorsque, déjà étiqueté sur Duck Down Records, les seuls invités restent de, ou proche de, la clique du Boot Camp. Rock et Freddie Foxxx rejoigne Ruste sur ‘Take Money’, l’invitation à faire du chiffre par tous les moyens. Sean Price intervient temporairement sur ‘Wings On Your Back’ comme un coach au bord du ring et relève le level avec son charisme sur ‘Fuckin Wit A Gangster’. Quelques mots lui suffisent pour esquiver la monotonie du flow de Ruste qui gagne du terrain à certains moments.Présent également les Black Moon au complet (donc avec DJ Evil Dee aussi qui introduit la track) pour ce superbe hymne au Hip Hop qu’est ‘Lets Take A Sec’ à la vibe bien boom bap. S’ils l’avaient enregistré dans les 90’s ça aurait été pareil tant l’ambiance et l’ambition du morceau demeure intemporelle. 

Si Ruste Juxx parait tout de même limité niveau lyrics, on va dire que ça tourne souvent en rond malgré son air toujours motivé (‘Nobody’), les beats de Marco Polo eux ne trouvent pas répit. L’inquiétante mélodie de ‘Rearview’ lui permet d’affiner sa plume et de régler ses comptes, idem pour ce ‘Bread On ya Head’ à l’esprit de gladiateur, ou dans une sensation plus posée ‘I’Am On It’, avec ces trompettes au refrain qui préviennent héroïquement de l’arrivée du rappeur impulsif qu’est Ruste Juxx. Pas énormément de période calme sur l’opus, seul peut-être ‘Watch Yo Step’ fait dans la finesse avec ce sample Soul usé par Polo, mais le discours lui reste un avertissement. Pas de coup de fil du gouverneur à la dernière minute comme dans les films, la punition capitale a bien lieu sur cet album. Même si on peut penser que ça aurait pu être encore plus fort, c’est condensé, rythmé, violent, efficace et conclus par un magistral ‘You Can’t Stop Me’ (l’un des meilleurs morceaux) qui met un dernier coup de grâce sur les corps agonisant au sol. 


Actions

Information

3 responses

9 05 2010
Sagittarius

Un album qui initie le retour du hip hop HARDCORE ;p

18 04 2010
Nass'

« You Can’t Stop Me » est une sacrée boucherie auditive qui va en trancher des tête, comme le suggère la guillotine de la cover. Un outil qui ne chôme pas tant il massacre à grande échelle.

Enfin, on a droit à du bon HH, une denrée si rare en cette année 2010.

11 04 2010
Crazy Horus

Un putain d’opus qui relève le niveau d’un Double Barrel assez décevant au final tant du point de vue des prods que du flow trop forcé de Torae. Ici on a un MC d’un autre genre, affuté, technique, motivé qui désosse ses victimes avec fureur. Une des toutes meilleurs sorties pour l’instant pour ma part. Je ne vais pas détailler tout est dans ma chronique, mais j’ai été sur le cul. Ruste est un rappeur largement sous estimé (son dernier opus ne l’a pas aidé non plus). Polo revient enfin avec des prods puissantes avec tout de même un bémol sur les drums notamment sur « Take Money ». A part ça, ça coule comme du sang frais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :