Sade – Soldier of Love (2009)

29 03 2010

 Chère Sade Adu  

Cela faisait une décennie que ta présence me manquait. Et pourtant, tel un ange au dessus de mon épaule ta voix continuait de me bercer et de me guider à travers les somptueuses compositions que tu as réalisé avec ton groupe dans le passé. Tu ne peux t’imaginer à quel point mon coeur a palpité fort lorsque j’ai appris que tu retournais en studio avec ce même trio de musicien à l’origine de cette musicalité magique. C’est comme si je venais de faire un rêve et que celui-ci se réalisait le lendemain. Ta voix est d’une telle pureté, la plus pure que j’ai pu entendre sur cette Terre, qu’on a de toute façon l’impression de vivre un rêve éveillé. On a cette douce sensation de plénitude, de pouvoir toucher les nuages rien qu’en entend tes chants. En me plongeant dans cette dizaine de nouvelles chansons dont tu nous fais cadeaux, je m’aperçois que tu es resté la même. Si je n’avais pas vu les quelques rides marqués ton visage angélique dans le dernier clip, rien ne m’aurait laissé croire que ton retour a été si long.  

Dans « Soldier of Love » je te trouve tout de même plus conquérante, plus forte, tu sembles être encore plus déterminé dans ta mission pour que l’amour éternelle règne sur ce monde et rentre enfin en contact avec toi même. Rien que ce titre avec le mot ‘soldier’ donne un but plus fort à tes chansons. La barre de la cinquantaine y est sûrement pour quelque chose, ainsi que ces dix années de silence sans exprimer le moindre sentiment en musique. Tu extériorises tout ça sur cette balade éponyme dont l’air militarisé dégage cette très forte dose d’émotion qui t’envahis. On te sent en revanche toujours aussi délicate et sensible voir même fragile lorsque tu évoques une relation amoureuse qui n’a pas finis comme tu l’espérais. La majestueuse track « The Moon And The Sky » démarre l’album dans cette profonde cicatrice marquée sur ton coeur.  

Cette grâce qui a émerveillé des millions de gens est encore perceptible à travers le texte et l’harmonie du sublime « Skin ». « Bring Me Home » nous donne par contre des frissons tant la tristesse et la déception que tu décris paraissent si désespérés. Tu as aussi tes moments romantiques (« Be That Easy ») et d’autres plus solennels ou tes réflexions poétiques parcours ces morceaux monotones comme « Long Hard Road », « Morning Bird » hanté par des touches de piano très froides et des violons qui alourdissent l’effet de langueur. La joie de vivre et des couleurs plus vives surgissent de ta bouche sensuelle lorsque tu parles du fruit de ton amour sur « Babyfather ». L’air ensoleillé te rappelle cette rencontre avec ce musicien jamaïcain et nous donne l’occasion d’entendre ta fille Ila Adu sur le refrain de celle-ci. Un petit moment de bonheur dans une vie où le malheur prend trop souvent le dessus. Le jazzy « In Another Time », avec ce superbe son de saxophone à la fin, est également une piste dédié à ta progéniture.  

Tu es tout ce que représente la beauté, l’élégance et le charme. Même si l’album penche plus vers la mélancolie, tu finis en positivant et en finesse avec cette douce balade qu’est  » The Safest Place ». Pour conclure avec cette lettre, je voulais avant tout te dire que je continue inlassablement d’être séduit par ta personnalité discrète, ta voix chaleureuse et tes chants paradisiaques qui m’évadent spirituellement à chaque écoute. En espérant ne pas attendre dix ans de plus pour voir naître le prochain album.  

Ps: remercie aussi de ma part Paul Spencer Denman, Andrew Hale et Stuart Matthewman pour leur fidélité et leurs mélodies hypnotiques.  


Actions

Information

2 responses

2 04 2010
paka

Album que j’ecoute en boucle et tjs pas lassé, autant de plaisir que l’on de la premiere écoute.

29 03 2010
Nass'

Sade est à la musique ce que Terrence Malick est au cinéma… Des artistes en quête d’un idéal, d’une source de jouvence qui glorifie des centres d’intérêt comme le respect de la nature, la dévotion envers l’amour et ce regard extérieur qui tente de percer les sombres facettes de notre civilisation. C’est pur, cristallin, régénérateur, à tel point que quiconque ose poser ses oreilles (ou ses sens) sur ces matériaux artistiques, se laissera irrémédiablement aller vers un ailleurs, vers une dimension envoûtante où la méditation prend le pas sur tout le reste. Parler de Sade, ce ne serait qu’effleurer ce plaisir immense que l’on ressent à l’écouter dans son jardin d’eden… On fait abstraction de tout et justement, cette impression de voguer dans un environnement parallèle se retrouve dans ce Soldier of Love. Un disque magnifique, certainement celui que je placerai en 3e position de leur discographie.

Plus que de la musique ou de l’art, une rencontre qui rend meilleur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :