Dizzee Rascal – Tongue N’ Cheek (2009)

23 11 2009

 

Parce qu’un album de Dizzee Rascal est toujours un évènement, il nous fallait absolument revenir sur la sortie 2009 de son nouvel album « Tongue N’ Cheek ». Il nous oriente donc vers cette scène Hip Hop anglaise malheureusement trop méconnu en France alors qu’elle est tout aussi, voir même plus riche que celle qui circule dans nos contrées. Autant vous prévenir tout de suite, si vous ne vous êtes jamais penché dessus auparavant ce nouvel album n’est pas forcément celui qu’il faut écouter en premier pour découvrir l’univers de Dizzee Rascal ou de ce qui trône outre Manche. Habituellement dirigé vers ce qu’on appelle la mouvance grime notre rappeur est, pour son quatrième bébé, sortis de sa cave londonienne pour aérer ses idées artistiques du côté des boites branchés. « Tongue N’ Cheek » voit son flow de dingue se greffer à des productions de clubber. Une expérience ancrée dans l’air du temps qui s’avère surtout être au final un passage délicat pour tout artiste s’éloignant de son confortable milieu sonore. Si vous osez franchir le pas de l’écoute (je parle pour ceux qui ne connaissent pas), vous pourrez tout de même plonger dans l’esprit totalement déjanté de ce rappeur/producteur hors du commun. 

En plus des pochettes originales, Dizzee Rascal est fortement réputé pour ces clips délirants. On échappe pas à la règle avec l’énorme, que dis-je… avec cette météorite monstrueuse qu’est le single [i] »Bonkers »[/i]. Une track auquel notre british s’est payé les faveurs de l’incommensurable DJ Armand Van Helden. Le maître incontesté des remixes électro house se fait discret mais lorsqu’il réapparaît c’est bien souvent pour lâcher une grosse bombe. Formule qui se confirme à nouveau avec cette track électro grime détonante qui a dû briser pas mal de nuques sur les dancefloors. Pour en revenir à ce que je disais précédemment, le clip est aussi absolument à voir! 

Le mélange des genres se maris bien ici, principalement lorsqu’il est encadré par des pointures. Armand Van Helden donc, mais aussi l’homme moto Tiësto à l’origine de [i] »Bad Behavior »[/i], et surtout le ‘king de l’Electro Pop’ Calvin Harris qui se charge des deux autres grosses pépites énergiques de « Tongue N’ Cheek ». L’électrisant [i] »Dance Wiv Me »[/i] tout d’abord avec le chanteur Chrome, où comment réussir à combiner Dance et Grime et faire péter les charts UK, ainsi que le pétillant [i] »Holiday »[/i] qu’on pourrait écouter en boucle tant le son réchauffe notre humeur. En gros on demande à voir ce que donnerait un album entier entre Dizzee et Calvin Harris tant l’alchimie est incroyable. 

Ce sont ces gros bangers calibrés qu’on retiendra majoritairement de cet opus de Dizzee Rascal car le reste est un peu plus transparent. On se laissera tout de même bercé par des titres relaxant comme [i] »Freaky Freaky »[/i], le très laid back [i] »Chillin’ Wiv Da Man Dem »[/i] ou ressortir cet été l’air jamaïcain de [i] »Can’t Tek No More »[/i] (Feat. Shy FX) pour se mettre en mode farniente. Tous les amoureux du UK Garage auront aussi les oreilles grandes ouvertes en écoutant [i] »Dirtee Cash »[/i] qui rappelle nostalgiquement les années 90’s ou ce mouvement descendant de la House Music florissait sur les ondes. Autre point qui a son importance, c’est l’absence de Dizzee lui même derrière les productions. Il est bien crédité en tant que co-producteur de [i] »Money, Money »[/i] mais sinon il a laissé libre court aux volontés de son manageur/ producteur Nick Cage qui semble avoir perdu un soupçon de magie dans ses conceptions. 

Tête d’affiche du grime et du Hip Hop UK, Dizzee Rascal a fait une parenthèse dans sa carrière en sortant en indépendant sur son label Dirtee Stank cet album hybride aussi explosif que surprenant. La mutation était déjà prévisible lorsqu’on réécoute « Maths + English ». Elle s’est finalisée ici pour que « Tongue N’ Cheek » s’apparente à une grosse boule à facette qu’on mettrait à la place de l’horloge Big Ben. Sous fond de grosses doses d’humour craché par un débit inépuisable (comme toujours), cette célébration à laquelle on assiste, synonyme de délivrance des majors, ne semble par prête de s’arrêter la pour notre énergumène préféré… 


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :