La Coka Nostra – A Brand You Can Trust (2009)

19 07 2009

 

Trois ans de latence auront été nécessaire après l’annonce, pour que l’obscure super groupe du Hip Hop commence sa propagande discographique. La Coka Nostra (LCN) est une pieuvre dont les idéologies se trouvent dans le cerveau de 5 activistes majeurs. Une réunion de la famille américano irlandaise House of Pain et Slaine, connectée avec le blanc bec juif politiquement incorrecte de Brooklyn, Ill Bill. Cinq piliers qui ont tous ramené avec eux dans le collectif leurs bras droits et leur entourage proche. Lorsque le rassemblement studio de toutes ces têtes a enfin pu se faire, le résultat donne « A Brand You Can Trust », un mouvement, une révolution invisible qui émerge des rues crades de New-York. 

Depuis les extraits sur leur myspace comme [i] »Fuck Tony Montana »[/i], [i] »I’m A American »[/i] ou [i] »That’s Coke »[/i] qu’on connaît bien, le buzz ne s’était jamais essoufflé, le public était plus qu’impatient d’en savoir plus. Cet élan enthousiaste les a poussé à passer de la simple étape de collaboration, à l’élaboration d’un projet concret en long format. Les House of Pain, on les avait laissé à la fin des années 90 avant que Danny Boy, Everlast et DJ Lethal ne choisissent de partir chacun de leur côté. Alors pour sur on était en droit de se demander si cette reformation tardive n’allait pas briser cette unité qui avait fait leur succès. Hé ben pas vraiment puisque chacun à gardé son terrain de jeu préféré, le seul gros changement est qu’ils soient passés d’une volonté de vous faire sauter pied joint en concert, à agir désormais avec un sourire sur le visage et un flingue dans votre bouche. Je fais bien entendu référence à ce lourd refrain ravageur du gros Bill sur la recette n°12. Près à se battre, prêt à tuer pour vivre le rêve américain, Slaine, Everlast & Ill Bill lâche une track pour les voleurs de banque sur un [i] »Gun in Your Mouth »[/i] (Prod. Cynic) qui referait à elle seule remonter les statistiques de la criminalité. 

L’ambiance est des plus inquiétantes, pour ne pas dire anarchique. Dans la foulée des tracks de son excellent « Hour Of Reprisal », Ill Bill continue de donner de la voix au refrain de [i] »Nuclear Medicinemen »[/i] pour que Slaine, Everlast et leurs invités Immortal Technique et Q-Unique (qui produit le son) saignent le gouvernement comme ils le font souvent. DJ Lethal, qui était partis du côté des Limp Bizkit pour sa carrière solo, réintroduit dans ses productions ce Rock/Métal dont raffole ces rappeurs. Ils imprègnent certains morceaux et glacent le sang des auditeurs comme ce démarrage avec [i] »Bloody Sunday »[/i] qui nous ouvre les portes de l’enfer à base de grosses guitares électriques. Dans la foulée [i] »Get You By »[/i] serait en quelque sorte la bande originale d’un documentaire choc sur la face cachée, ou du moins la face reniée des États-Unis. Le producteur exécutif Danny Boy y partage même un court couplet avec Everlast, tandis qu’Ill Bill va chercher au plus profond de ses tripes et pose l’un de ses plus beaux enchaînements. Leur signature sur le label californien Punk/Hardcore Suburban Noize Records était donc largement justifié tant ce mélange Hip Hop/Métal est fortement présent. 

Même si DJ Lethal lâche de bonnes choses, on regrette néanmoins qu’il soit le principal architecte du projet car on ressent par moment un léger manque d’intensité qui nuit à l’atmosphère général. On pense notamment à celles de [i] »Bang Bang »[/i] (Feat. Snoop Dogg) et [i] »Soldier’s Story »[/i] qui sont beaucoup trop gentillettes. Cette faille est compensée par le travail d’Alchemist qui nous dépayse avec ce sample indou sur [i] »Choose Your Side »[/i] (Feat. Bun B) et Sicknature d’orienter nos esprit dans le cauchemardesque [i] »I’m An American »[/i] (Feat. B-Real) qui débute par une réplique de Charles Manson qui résume tout: [i] »United States of America is the demon of the world »[/i]. Les interventions d’Ill Bill sont des plus sensationnelles, on croirait le réentendre à l’époque de « What’s Wrong With Bill ». On connaissait déjà la virulence de Slaine à travers ses mixtapes, mais ce poète rebelle de Boston parait avoir accentué sa hargne lorsqu’il côtoie les autres membres de LCN. Quant à Everlast en plus de retrouver sa voix roque consolidée par des années de fumette et de picole, il replonge dans ses chants mélancoliques. Sorte de voix consciencieuse qu’il entend dans sa tête et qu’il extériorise parfois entre deux violents couplets. [i] »Cousin of Death »[/i] adoucis la pilule avec de profonds messages et [i] »The Sain »[/i] conseille de se méfier des vices d’une ville comme Hollywood. 

La Coka Nostra a pour emblème un crâne de squelette portant casquette et bandana, à ses côtés deux flingues et deux éclairs comme pour marquer leur but impitoyable de frapper la société la ou ça fait mal. Sick Jacken des Psycho Realm, Sen Dog, Big Left sont également invités sur ce disque déroutant. Dérouté par leurs lyrics aiguisées et martelées à tout va, mais un peu perdu par moment concernant l’orientation musicale, on ne comprend pas par exemple la non présence d’un producteur proche d’eux comme DJ Muggs qui aurait apporté un second souffle. Pour ce qui est de l’ambiance général si vous aimé l’univers des Non Phixion, le trash, des textes sur la conspiration, l’odeur de la mort, des lignes de coke ajustées entre les pages de la holy bible, vous allez être servis. Le mot de la fin revient à leur plus gros titres, [i] »Fuck Tony Montana »[/i], no hook pour celle la seulement cinq couplets incendiaires sur une production dantesque. 

Vous pouvez les croire, leur faire confiance, La Coka Nostra est un mouvement qui s’investis pour faire péter le système. 


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :