Capone-N-Noreaga – Channel 10 (2009)

19 04 2009

Motivé pour remettre le Hip Hop dans le droit chemin, en manque de billets verts, incapacité à tenir une carrière en solo, les raisons sont simples et souvent liées pour accompagner cette tendance qui veut le grand retour des anciens. Ces derniers mois ont été propices à des réunions qu’on n’espérait même plus réalisables, que ce soit dans le rap français ou celui des States. On a ainsi vu ressurgir après 9 ans de latence, le temps de refaire leur business, le duo Parish Smith et Erick Sermon. Presque une décennie, c’est aussi la période qu’il aura fallu pour recoller les morceaux entre Capone et Noreaga et les revoir ensemble pour reformer le sulfureux combo du Queens, connu sous les initiales de C-N-N. Le chemin aura été long et laborieux, mais entre les faux bonds de Roc-A-Fella/Def Jam et la perdition de N.O.R.E. dans le Reggæton, plus le long séjour en prison et les faibles succès connus par les mixtapes/street albums de Capone, il n’y avait plus qu’une solution pour qu’ils retrouvent leur interactivité d’antan et le chemin des ventes. Pour ne pas galérer plus longtemps, ils combinent désormais en indépendant via Thugged Out Militainment et Fontana Music. C’est sous cette petite structure que voit le jour « Channel 10 » (tiré d’une track de « The War Report »), nouveau chapitre dans la carrière de ces deux rappeurs aux voix si charismatiques.
Leur union est célébrée d’entrée avec « United We Stand », un titre simple au refrain peu envoûtant, mais qui remet leur complicité sur le devant de la scène et laisse présager le meilleur pour la suite. L’extra-terrestre de ce nouvel album est également LE tube radio de ce nouvel opus. Comme pour se rallier à l’air du temps, ils font appel aux services de Ron Browz nouvelle génération, celui qui se sert uniquement d’auto-tune et fait bouger les foules avec ses productions. « Rotate », premier single, pas du tout dans l’esprit du groupe, mais plus dans celui de N.O.R.E. qui nous rappelle un peu l’extravagance d’un « Superthug ». D’ailleurs, ce dernier se sent tellement dans son élément qu’il prend davantage la parole, ne laissant qu’un petit couplet à Capone et le mot de la fin à Busta Rhymes qui nous invite à refaire la danse d' »Arab Money ». Moe et Lee Major alias The Inkredibles remettent la pression dans les enceintes avec l’excellent « Talk To Me Big Time ». Une ambiance stressante à la Scarface plane au-dessus de cette dernière, malgré un refrain une fois de plus très léger composé d’un gimmick qui parait un peu déjà vu (suivez mon regard…). Leur fraternité est sans conteste, même s’il y a eu des moments difficiles entre les deux, ce vieux couple revient dans leur intimité, dans le fond de leur relation durant ces années avec le très bon « The Arguement » produit par Hazardis Soundz, qui nous embarque confortablement avec eux dans leur conversation personnelle.

Le Hip Hop est semé d’embrouilles en tout genre, les beefs et les confrontations, ils les connaissent bien depuis leurs divergences avec Tragedy Khadafi ou encore à l’époque lors de la rivalité eastcoast/westcoast. Un thème qu’ils affectionnent particulièrement et sur lequel ils reviennent souvent comme sur l’obscure « Bring It Here » ou « Beef » (produit par StreetRunner) qui nous laisse plutôt perplexes. Mais le temps s’est écoulé et il n’est plus question d’affrontements entre côtes ou quartiers, sur une fine mélodie d’SPK (« My Hood ») divers protagonistes viennent représenter leurs blocks sur ce 6 min: Brooklyn pour Maino et Uncle Murder, Virginia pour les Clipse, le Queens bien sûr, mais également Long Beach avec le Dogg Pound de Daz et Kurupt. Finis les titres « L.A., L.A. » ou « New-York New-York », la hache de guerre est définitivement enterrée. « Channel 10 » marque le grand retour des C-N-N. Il n’y a plus la même spontanéité ou l’authenticité de « The War Report », mais reste dans la continuité de « The Reunion » avec son lot de morceaux percutants et ses petites pistes efficaces. Une chose est sûre, aucune bavure n’est commise. Lorsqu’ils reviennent sur leur passé et se regardent dans le miroir, ils ont tellement de choses à dire qu’on ne peut que les écouter attentivement même si le beat manque de classe (« Mirror »).

En vrai, ce nouvel album est l’objet de trois gros évènements majeurs. Tout d’abord, leur seconde collaboration avec DJ Premier, celle-ci fait suite au titre « Invincible » et prend ici des allures de parade underground typiquement ancrée dans l’atmosphère sombrement violente de New-York. En gros, « Grand Royal » est juste du 100% DJ Premier, qui d’autre aurait pu sortir un tel missile. Il en va de même avec « Follow The Dollar »/i], seul Alchemist pouvait dévoiler un son aussi électrique et prenant, le titre phare de l’album. Autre point frappant qu’on est tout de suite pressés de tester en lisant le tracklisting, c’est cette association avec leur acolyte des Mobb Deep sur [i] »Wooble ». On les pensait isolés, seuls, mais ils ont néanmoins décidé de réunir Havoc et Prodigy à leurs côtés. Une sorte de Queens Finest 2 qui une fois de plus peine surtout au niveau du refrain et aussi, faut le dire, de la production minimaliste servie par Havoc. Leur chassé-croisé de phrases fait cependant toujours recette (« Stick Up »), une alternance qui fait la force du groupe et qui était la source manquante pour leur parcours en solitaire. Le gros Noreaga continue de séduire la clientèle avec son flow hors du commun et Capone mystifie l’audimat lorsqu’il lâche sa voix si atypique (« You See Me!!!! »). Le troisième album en 12 ans c’est peu, mais le niveau est toujours là. Avec cette nouvelle galette, ils ont lâché leur treillis, mais pas leur envie de mordre dans le micro.

 


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :