Plies – Da REAList (2008)

7 12 2008

Non, vous n’hallucinez pas, Plies sort bel et bien son deuxième album de l’année 2008 ! Alors que les radios peinent à suivre et balancent encore en boucle le fameux « Bust It Baby » avec Ne-Yo, le rappeur de Miami surfe sur la vague de son succès et nous livre dors et déjà une nouvelle compilation de ses tubes perso avec « Da REAList ». L’étiquette de one hit wonder est vite fixée sur la tête de ces nouveaux venus, mais Plies a sûrement trouvé le remède pour parer les critiques avec cette productivité qui n’est pas sans nous surprendre. Il faut quand même préciser que le public est plutôt friand de son style et de sa voix qui traîne du pied puisque ces deux derniers projets ont été certifiés Gold. C’est donc une motivation supplémentaire pour ce représentant de Slip-n-Side Records qui réussit à réchauffer comme il le faut les amateurs de sons sudistes.
Les albums se suivent, se ressemblent tous dans leur construction, et chacun apporte son lot de bons petits titres simples (« Spend The Night », « Make A Movie »,…). On ne change pas une formule qui fonctionne, les singles qui vont attirer l’oreille de l’auditeur sur celui-ci sont dans la même lignée. Comme toujours, en bonne technique marketing, il s’agit d’une sonorité R&Bisé qui plaira à coup sûr aux ladies. Le tout fraîchement débarqué Chris J est là pour assurer le refrain et les backs du très guimauve « Put It On Ya » produit par No I.D. et qui est, ce qui est rare, la toute dernière piste de l’album. La touche féminine est soufflée par la douce Ashanti sous une savoureuse instru de J.R Rottem qui sample pour l’occasion une vieille balade 80’s des The Deele qui réunissait notamment Babyface et L.A Reid. La FM devrait sans doute aussi se méfier du langoureux et monotone « Street Light » (co-produite par Hi-Tek) qui est calibré pour y tourner avec ce hook de Sean Garett et les beuglements du rappeur derrière. Grosse déception en revanche pour la distribution de Mannie Fresh sur ce tube avorté nommé « Pants Hang Low ».

Y’a pas photo, on préfère largement lorsque ce goon floridien nous ambiance avec sa hustler’s musik sur un plus grand nombre de bpm. Et ce, grâce à la MPC et au Korg Triton de Drumma Boy qui lui livre coup sur coup les lourds bangers « I Chase Paper » et « Plenty Money » sur lesquels Plies peut s’exprimer sur son sujet favori. Surprise sur « Heart Of Me », une track entraînante produite par DVS et co-produite par Just Blaze himself. Sous ses bling bling, sous son grill et ses pochettes sans imagination, Plies n’est pas à temps plein le clown qu’on aurait pu imaginer il y a un peu moins de deux ans. Ce n’est pas l’avenir pour sûr, mais dans ce qui se fait actuellement dans le Hip Hop de divertissement, il reste un des ambianceurs radiophoniques qui s’en sort le mieux. Et lorsqu’il aborde une thématique plus profonde (« 2nd Chance ») ou plus personnelle, le soleil de la côte laisse place à l’orage qui touche son entourage familial (« Family Straight » Prod. DJ Infamous).

Évidemment, il a cette manie agaçante, et il n’est pas le seul, à vouloir absolument affirmer au public son statut de « real » (mot qu’il emploie sur chacun de ses titres), une façon de convaincre certains naïfs, mais surtout un point noir qui le dévalorise aux yeux des autres. Quoi qu’il en soit et bien qu’on passera vite à autre chose, « Da REAList » vous fera, comme les précédents, couler tranquillement une petite heure si vous apprécier le style atypique de Plies.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :