Statik Selektah – Stick To The Script (2008)

4 11 2008

On continue sur notre lancée des albums de producteurs sortis récemment avec celui qui ne cesse de prendre du gallon, le DJ/Prodo venu importer sa ‘Boston touch’ qui va par le nom de Statik Selektah. La première fois que l’on avait prononcé son nom sur Rap2k c’était en 2005 par l’intermédiaire de la mixtape « The Empire Strikes Back » qu’il avait réalisé en collaboration avec le crew G-Unit. Installé depuis au sein même de la Mecque du Hip Hop qu’est New-York, il a pu imposer et mettre son blaze sur toutes les lèvres avec un premier ouvrage de bonne facture. « Spell My Name Right (The Album) » (du nom de l’une de ses premières tapes) sorti sous sa propre structure (Show Off Records) et rassemblant des artistes venus de toutes parts, avait de quoi nous promettre une suite. C’est désormais chose faite ! Pas de temps à perdre, après avoir réalisé quasi intégralement l’album de Reks (qui est d’ailleurs l’un des plus intéressants qu’on ait pu entendre cette année) et avoir dirigé artistiquement celui de son homie Termanology, il remet ça sur « Stick 2 The Script » avec 15 pistes combinant un panel d’artistes toujours aussi excitant sur le papier. 

Comme sur le premier ouvrage, nos oreilles sont surtout marquées par deux gros tubes majeurs qui sortent du lot. D’abord « To The Top (Stick 2 The Script » et cette mélodieuse boucle de guitare qui vient accompagner les flow de Cassidy, Saigon et Termanology. Le clip dirigé par Rik Cordero met les trois rappeurs autour d’une table déversant chacun leur couplet pendant que Statik assure le refrain derrière les platines en scratchant du Jay-Z. S’en suit dans la foulée le monumental « For The City » où l’on retrouve les M.O.P, fidèle à leur grande gueule, et un Jadakiss qui fait plaisir à réentendre le tout sur un sample reprenant des choeurs extrait du film culte « New Jack City ». Le reste est d’un niveau moins palpitant, mais n’en dégage pas moins une impression bien plaisante. À l’image du projet de Jake One, on voyage ici sur plusieurs États avec des représentants bien charismatiques. Bun B et Cory Mo nous plongent dans l’univers texan avec une prod. oritentale (« Get Out The Way »). Le State Property sans B. Mack ce n’est pas vraiment le State Property mais les trois autres compères Freeway, Young Chris et le délirant Peedi Crakk s’exercent hargneusement sur « All 2gether Now » avant un possible nouveau projet à venir.

Le pouvoir des instrus de Statik Selektah prend toute sa dimension lorsqu’elles s’alignent à l’envoûtante formation des Little Brother, Joe Scudda et Chaundon. Décidément, on fait souvent appel à eux pour les albums de producteurs, tout comme la Californie qui s’installe de plus en plus sur ces projets à sonorité majoritairement ‘eastcoast’. Ici Glasses Malone, le baydestrian Mistah Fab et Novel pour le refrain ride sur ce projet avec une track bien laid back pour nous narrer les chaudes nuits californiennes (« Cali Nights »). À l’image de la pochette, « Stick To The Script » nous bascule dans une ambiance nocturne avec des mélodies qui enflent ce sentiment nostalgique que l’on a en découvrant certains morceaux (tel l’excellent « Take It All Back » avec Reks, Royce Da 5′ 9 », Ea$y Money et la douce voix de Paula Campbell). Autre piste qui baigne dans la même mouvance, « Destined To Shine » avec Torae, Sha Stimuli et Jon Hope qui font de très bonnes prestations.

On sent bien à travers ses projets, à travers ses productions (boom bap), ses invités, que Statik Selektah porte un véritable amour pour le Hip Hop, essayant de le transporter dans le droit chemin. On n’ira pas jusqu’à le comparer comme le nouveau DJ Premier, dont il s’inspire fortement, mais son style (+ ses scratchs bien placés) est dans la même lignée, d’un ton plus léger, convivial, mais tout aussi fédérateur. Une triplette de Brooklyn (Skyzoo, Joell Ortiz, Talib kweli) vient charmer la gente féminine sur l’exquis « Talkin’ Bout You (Ladies) » et son sample qui nous téléporte dans les belles années de la Soul. Parmi les autres morceaux, on y découvre un Consequence plus menaçant que d’habitude avec « Mr. Popularity », Termanology a bien sûr lui aussi le droit à son solo habituel avec « Church », mais aussi D-Dot, Redman (qui ne vient pas uniquement faire de la figuration) et Black Rob qui se partagent l’affiche du relaxant « This Is It (Sow Off Remix) » après une interlude tordante de Madd Rapper. Reks revient lâcher sa science entre deux générations avec le jeunot Naledge des Kidz In The Hall et l’ancien CL Smooth (« So Good (Live from The Bar) ».

Statik Selektah délivre une fois de plus du bon Hip Hop sans prise de tête où une bonne partie des croqueurs de l’underground acceptent sans problème son invitation. On parle beaucoup de la scène de Détroit, mais on constate que celle arrivant de Boston ne se fait pas non plus prier pour se faire remarquer. Toute la clique du Massachusetts déboule pour représenter leur home town sur « Streets Of M.A. » (Masspike Miles, Termanology, Reks, Slaine, Superstah Snuk, Ea$Y Money, Frankie Wainwright, Smoke Bulga) et son beat trop lassant pour un hymne supposé.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :