Ransom – Street Cinema (2008)

7 05 2008

L’État du New Jersey ne paraît pas comme ça, mais il est le berceau de bons nombres d’artistes qui ont contribué faire s’épanouir la musique dans toute sa splendeur. George Clinton y a fondé les Parliament Funkadelic, Whitney Houston y a poussé ses premiers cris, Frank Sinatra et Count Basie y firent leurs premiers pas, Bruce Springsteen et Lauryn Hill viennent également de cette partie des États-Unis qui essaie tant bien que mal de survivre dans l’ombre du grand et réputé voisin new-yorkais. Du côté Hip-Hop c’est la même chose. Malgré tout, des pionniers comme les Sugarhill Gang, les membres du Def Squad, Queen Latifah, Naughty By Nature ou les Lords Of The Underground qui viennent de ce coin ont réussi à se faire un nom. La plupart de ces artistes sont et resteront associés à New York pour la simple et bonne raison qu’à l’époque le Hip-Hop était médiatiquement focalisé en deux, avec d’un côté la Eastcoast et de l’autre Los Angeles bastion de la Westcoast, la liaison était donc rapidement faite. De nos jours cette culture a pris une plus grande place dans la société, les artistes grouillent de partout et les médias, tout comme les auditeurs, ont élargi leurs champs de vision en s’intéressant à différentes scènes locales avec nettement moins de préjugés.
Débarquant de Jersey City, Ransom fait partie de cette génération qui émerge et qui compte bien franchir le cap du simple, mais prometteur statut d’espoir du Hip-Hop. Pénétrer dans la cour des grands se fera forcément avec des titres surpuissants à la « No Introduction » qui feront parler de lui et lui feront ouvrir de nouvelles portes. Comme Joell Ortiz et bien d’autres, Ransom a fortement été inspiré par le style de Big Punisher. Avec le premier la ressemblance était flagrante, avec lui l’influence s’infuse principalement lorsqu’il expose avec véhémence ses joutes verbales. Nas, Kool G Rap, Big Daddy Kane et d’autres sont également ceux qui l’ont consolidé. Sa grosse voix ne passera pas inaperçue dans vos enceintes. Étalant ses histoires de rue sur toutes sortes de mélodies Ransom nous délivre un Street Album complet idéal pour se faire une idée de l’étendue des capacités et du talent dont il dispose.

La rage au mic est bien présente avec une ambiance parfois cataclysmique comme sur « Jersey » ou avec une pointe de South en appuyant sur la touche repeat pour « Ain’t Knowbody ». Le disque est bien produit, il reste dans l’esprit underground de l’artiste avec par moment des classiques samples de voix féminines qui restent toujours appréciables (« Dinna Time », « Shine »[/i]) ou bien de rappeur tel Jadakiss sur « Grind & Hustle ». On dénote la présence du producteur MOSS, ainsi que Scram Jones qui lui a produit « Cash In Da Duffle », une track où il apparaît aux côtés de son défunt ami Stack Bundles. Membre et fondateur avec Hitchcock du collectif A-Team, il a longtemps rodé dans l’ombre de Joe Budden, mais le récent conflit entre les deux rappeurs (dû à une mésentente lors de l’enregistrement de la mixtape Mood Muzik 3) témoignent qu’il était temps pour Ransom de prendre le large pour sa carrière solo.

Concrétiser son premier Street Album sous Babygrande Records est à la fois un gage de garanti de popularité pour l’artiste, mais également, et c’est le plus important, un gage de qualité pour l’auditeur qui peut être sûr de ne pas avoir affaire à de la camelote, au vu de la plupart des choix que font les dirigeants du label. Et c’est une fois de plus le cas pour cet opus qui fait les présentations officielles entre le grand public et Ransom dont on n’attend désormais plus qu’un premier album officiel.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :