Jean Grae – The Evil Jeanius (2008)

28 03 2008

Pas moins de trois projets ont vu le jour cette année à l’effigie de la talentueuse Jean Grae. Seulement voilà, ironie du sort, aucun de ces derniers n’est réellement un nouvel album solo. « The Orchestral Files » était un recueil d’anciens morceaux et d’inédits qui traînaient au fond d’un tiroir, alors que son « Jeanius », en collaboration avec 9th Wonder a finalement été commercialisé malgré le fait que les titres circulaient depuis 2002 sur Internet. Jamais deux sans trois, la goutte qui fait déborder le vase, ce nouveau disque baptisé « Jean Grae: The Evil Jeanius » est sans doute l’idée la plus douteuse qui soit. Dévoiler les acapellas enregistrés par la femcee, alors sous Babygrande, et les rassembler sur des productions calibrées par le duo Blue Sky Black Death, le tout sans l’accord de la principale intéressée. Une association certes plus que prometteuse vu l’univers des deux parties, mais une réalisation qui aurait connu une plus grosse alchimie si elle s’était faite en bon et due forme. Un coup de poignard dans le dos pour cette artiste qui a déjà failli tout arrêter, n’arrivant pas à concevoir la sous-estimation de son statut dans l’industrie Hip Hop et encore moins la crapulerie de l’industrie du disque. On comprend alors très nettement son mécontentement envers cette sortie vu qu’elle ne toucherait probablement que des clous… Quoi qu’il en soit, on ne va pas plus rentrer dans les détails de cette sombre affaire n’étant pas au courant de tout, découvrons plutôt sans prise de tête le résultat de ce BSBD Vs. Jean Grae.

Comme prévu, les savoureuses histoires contées par la rappeuse de Brooklyn s’insèrent magnifiquement dans le travail stratosphérique du duo californien. On s’aventure dans une musicalité très appliquée avec un mélange idéal de samples et d’instruments lives. Comment ne pas savourer l’haletante fiction « Strikes » où l’on ressent toute l’inquiétude du personnage, ne pas admirer le ténébreux « Shadow Forever », ne pas succomber à la mélodie soulful du très relaxant « Away With Me » qui sample d’ailleurs « I’ll Try Something New » des Supremes… Impossible de résister au charme de chaque morceau, ils dégagent tous une telle force qu’on est pris involontairement dans une boucle infernale qui nous pousse à écouter en boucle l’album. Dans la lignée du « Love Song » présent sur son premier solo « Attack of the Attacking Things », Jean Grae nous démontre tout son charme dans une nouvelle piste sentimentale avec « It’s Still A Love Song ». Sur « Threat » on retrouve un autre activiste de BK qui va par le nom de Chen Lo et qui vient combiner avec notre artiste sur une ambiance très Gospel. L’autre invité, Blacastan, apporte tout comme elle un pur esprit 90’s dans son rap et s’installe confortable sur la boucle de piano d’« Ahead of the Game » qui dispose également de gros scratchs de Mad Adam. Kingston & Young God ont donc eu la une très bonne idée d’associer leur savoir-faire à la pertinente plume de Jean Grae, dommage par contre qu’à de courts moments, on ressente cet assemblage studio où la voix ne colle pas toujours bien avec le beat, mais c’est presque anecdotique tant l’exercice restait périlleux. Un produit étonnant, de par son histoire et la symbiose qui en résultent, à écouter sans modération.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :