Blue Scholars – Bayani (2007)

16 10 2007

Qu’il est bon parfois de s’évader loin de tout ces tapages médiatiques… (suivez mon regard). Marre de ces clips qui passent en boucle à la télé. Marre d’entendre toujours les même morceaux sur les radios. Marre de tout ces rappeurs avec leur Hip Hop champagne qui disent toujours les mêmes choses. Marre de voir qu’on parle toujours des mêmes artistes. Mare aux canards, ah non, pardon! Une chose est sûre, il y a des moments où un Hip Hoper est lassé de tout ça. Pour une bonne session de détente, s’allonger sur son lit en découvrant l’univers d’un groupe moins médiatique peut être une bonne solution. Prenez les Blue Scholars en exemple, ce groupe de Seattle n’en est pas à son premier projet et pourtant leur dernier album « Bayani », co-sorti chez Rawkus, est presque passé totalement inaperçu. Vous me direz, il y a tellement de nouveautés qui voient le jour qu’il est vrai qu’on ne sait plus trop où donner de la tête. Voila pourquoi il est assez intéressant de parler de ces albums qui nous échappent, et d’essayer de vous donner l’envie d’écouter le travail de jeunes artistes encore inconnus du grand public.
Un DJ et un rappeur, la recette n’est pas nouvelle, mais son efficacité persiste toujours autant grâce à cette complicité qui réside entre les deux protagonistes. Et après les Kidz In The Hall, Rawkus (avec Mass Line Media) nous révèle donc un autre talentueux duo de cet acabit en la présence ici de Sabzi, le DJ, et Geologic, le MC. Loin du style et des clichés du Hip Hop qui règnent sur la côte Pacifique, les Blue Scholars font eux partis de cette face cachée consciencieuse qui délivre des textes militants axés sur la politique ou les problèmes sociaux qu’ils côtoient. « Back Home » est clairement un appel au secours, le souhait de milliers de familles qui veulent revoir leurs fils rentrer de cette maudite guerre en Irak. Mais ils parlent également de sujets dont on a très peu l’habitude d’entendre, comme sur « 50K Deep » qui reconstitue les protestations envers l’Organisation Mondiale du commerce (qui s’était déroulé dans leur ville en 1999). Si Geologic raconte intelligemment toutes ces histoires, son flow reste quand à lui très monotone du début à la fin et peut agacer par moment. Mais ce n’est pas sans compter sur son comparse musicien Sabzi qui délivre, il faut le dire, un énorme travail en ce qui concerne les productions de cet opus. Ce Jazzman pianiste crée toute l’ambiance du disque : il harmonise et fait ressortir toutes les émotions des textes telle une BO d’un film. Des mélodies variées, laid-back/soulful auxquelles on y ajoute quelques bruits mystiques, qui rendent les chansons tellement vivantes que le tout ressemble à un grand mélange d’influences, de J Dilla à DJ Premier en passant par Pete Rock, pour en fin de compte créer sa propre touche artistique.

Racisme, immigration (« The Distance »), guerre, visions tantôt révolutionnaires, les Blue Scholars délivrent ici un excellent deuxième album, bien réalisé en tout point. Et à l’heure où la campagne électorale américaine bat son plein, les divers candidats devraient justement se pencher aussi sur ce genre d’album afin de s’imprégner clairement des divers maux de leur société. En témoigne la pochette de « Bayani » – qui à première vue paraît jolie et anecdotique – qui s’avère être un message fort et révélateur du riche contenu textuel de l’album.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :