Big Shug – Street Champ (2007)

15 09 2007

C’est dans la catégorie poids lourd de votre disquaire que vous retrouverez certainement ce nouvel album de Big Shug, membre de la Gangstarr Foundation pour ceux qui ne le sauraient pas encore. Après le mitigé Who’s Hard, ce second essai intitulé fièrement Street Champ nous montre que Big Shug revient plus sûr que jamais, les points serrés et les poumons gonflés à bloc pour enfoncer les portes du Hip Hop. Pour cela, l’homme à la voix rocailleuse s’est allié au talentueux producteur canadien MoSS pour réaliser la majorité de son produit brut. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que leur combinaison fonctionne bien. Des gros sons tantôt puissants (le plus souvent à base de gros riffs de guitares), tantôt nostalgiques finement pimentés de samples Soul efficaces et bien adaptés comme sur « What You Gonna Do« .
Si MoSS est le principal architecte, Big Shug retrouve aussi bien évidemment son ‘parrain’ DJ Premier sur trois morceaux majeurs de Street Champ, à savoir « Streets Move« , « It Just Don’t Stop« , et l’incroyable « Play It« , sur lequel il lâche sa meilleure prestation et se charge même de chantonner son refrain. Pousser la chansonnette n’est pas nouveau pour lui puisqu’il le faisait déjà sur son précédent disque, et il joue encore ici de son autre vie de chanteur quitte à casser le rythme global de l’opus, même si parfois on se laisse porter dans son univers de crooner histoire de mieux comprendre le personnage (« Lost« ). Big Shug vient de Boston mais son album pue le New-York profond, et lorsqu’il invite deux autres grandes figures de la Big Apple comme Sean Price et Big Twins, le résultat est flippant (« Legbreakers« ). Un flow certes pas fluide, mais qui joue principalement sur la lourdeur de sa voix et des instrus qui l’accompagnent, c’est un peu la recette de cette ambiance pesante qui règne sur la plupart des titres du rappeur (« Streetchamp« , « Hood With That« , « Spitfire » feat Singapore Kane & Dre Robinson et produit par Kid Carnage).

Si Who’s Hard piétinait et n’avait conquis que quelques amateurs, cet hymne à la rue qu’est Street Champ rectifie le tir et nous montre quand même que Big Shug a un potentiel qui semble encore inexploité à son maximum sur toute la longueur d’un album.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :