Sa-Ra – The Hollywood Recordings (2007)

7 05 2007

Il y a quelques temps, j’aurais eu du mal à vous répondre si vous me demandiez de trouver un groupe plus décalé que les Outkast. Mais depuis peu je n’hésiterai pas une seconde à vous répondre le trio Om’Mas Keith, Shafiq Husayn et Taz Arnold, plus connu sous le nom de Sa-Ra Creative Partners. Une tenue vestimentaire originale, mi-fashion mi-rétro : le genre de personnes qui s’habillent avec les rideaux de grand-mère adaptés à notre époque. Et surtout une musique futuriste, kitsch et cosmique qui comme leurs vêtements s’imprègnent d’un héritage. Les quelques astéroïdes (Maxi, Vinyls…) lancées furtivement dans les bacs n’ont pas suffit puisqu’ils reviennent cette fois-ci avec leur véritable album nommé The Hollywood Recordings (Babygrande Records). Et le moins qu’on puisse dire c’est que nous avons le droit à un véritable film des studios hollywoodiens avec ce disque, pour le coup il faudrait même l’écouter dans son lecteur DVD, son 5.1 dolby surround. Le spectacle est assuré à coup sûr, les paillettes et les spots illuminent les pistes, les acteurs vedettes sont présents (Talib Kweli, Bilal, Kurupt, Erykah Badu…), le scénario est un mélange de déjà vu (Thrilla et Fish Fillet extraits de leur maxi Second Time Around) avec des nouveaux ingrédients, des effets spéciaux, très spéciaux, « So Special » comme dirait Rozzi Daime. Il ne reste plus qu’à s’installer confortablement dans son fauteuil, boite de pop corn à la main pour déguster et profiter de ce savoureux voyage spatio-temporel que nous proposent les Sa-Ra.
L’intro démarre à peine qu’on a comme une impression d’avoir la tête lourde, les paupières se plissent légèrement comme si on était hypnotisé des les premières mesures… Leurs inspirations est un mélange de tout ce que la nature met à notre disposition, mais la création des humanoïdes y est pour beaucoup aussi, comme cet esprit funkadelic si cher à George Clinton. Des morceaux posés, de la Soul Psychédélique il y en a tout au long de l’album, comme le magnifique « Rosebuds« , « Sweet Sour You » avec le revenant Bilal. Les tubes qui bougent bien se nomment « Feel The Bass » avec un Talib Kweli bien inspiré, l’électro « White ! » qui en fera secouer plus d’un sur les dancefloors ou encore « Lean On Me » avec Kurupt. Mais l’ensemble de The Hollywood Recordings reste plus que calme, on se demande même s’ils n’ont pas enregistré en apesanteur tellement c’est planant. Autre fait marquant c’est la diversité des featurings. Rarement un opus a aussi bien rassemblé autant d’artistes de tout horizon. TY, la réunion des CNN, Bilal, la sublime et trop rare Erykah Badu accompagnée de Georgia Anne Muldrow, Kurupt, Talib Kweli, J Dilla, Pharoahe Monch et j’en passe. Ces trois énergumènes californiens nous jettent dans les oreilles une poudre musicale en provenance d’une autre planète, la planète Sa-Ra, là où le conformisme et les lois du formatage n’existent pas, et laissent place à la fête et aux rêves.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :