Evidence – The Weatherman LP (2007)

25 03 2007

Mesdames Messieurs, bonsoir.

Si je vous interpelle ce soir ce n’est pas pour vous parler une fois de plus de mon crew les Dilated Peoples. Bah non, ça vous en avez suffisamment eu l’année dernière avec notre « 20/20 » qui contenait des tueries comme « Back Again » ou encore « You Can’t Hide, You Can’t Run ». Non ! Si moi, Evidence, je m’adresse à vous, tout seul de mon côté c’est pour vous délivrer cet fois-ci mon propre bulletin météo, celui de ma vie. 

Je m’appelle Michael Perreta, et bien que mon style ne s’y apparente pas, je suis né sous le ciel bleu californien de Santa Monica, avant de passer la majorité de mon enfance non loin de la, sur les côtes de Venice Beach suite au divorce de mes parents. J’ai toujours aimé la région dans laquelle j’ai vécu, c’est d’ailleurs avec ce déménagement que ma vie a basculé dans le monde du Hip Hop. Je te dévoile pas tout, t’as qu’à écouter « Born In LA » pour savoir la suite. J’y raconte tout la dedans avec mon pote du Self Scientific, Chace Infinite, et mon gringo du Psycho Realm, Sick Jacken. Bien sûr l’avenir est incertain et ombragé par d’immenses nuages, mais si tu en es arrivé la aujourd’hui, ça vient surtout de tes choix personnels, de tes rencontres, enfin c’est ce que j’pense. Regarde moi par exemple, si je n’avais jamais rencontré QD3 qui m’a mis sur la piste et mon pote Rakaa avec lequel on a formé les Dilated Peoples, j’aurais sûrement continué à errer dans les rues en taguant mon blaze VANE un peu partout. Remarque je m’étais déjà fait un nom avec cet art, et ça me permet actuellement de mieux dépeindre mes pensées derrière un micro. The Weatherman LP est mon premier album solo alors que je suis depuis près de quinze ans dans le circuit. Et si je l’ai nommé ainsi, c’est que la vie est aussi mouvementée et imprévisible que le climat. Il y a des rires, des jours de beau temps, des pleurs, des pluies glaciales et ainsi de suite. D’ailleurs tu remarqueras que mon style est plutôt froid, la plupart de mes morceaux te glacent les os comme « Mr. Slow Flow ». Oui je n’ai pas un phrasé rapide et il peut sûrement vous saouler à la longue, mais c’est mon style que ça te plaise ou non, j’suis dark. Et le vent qui me pousse à contresens n’est pas une barrière puisqu’il aiguise encore plus mes textes et raviront à coup sûr mes fans de toujours. D’ailleurs j’ai mis une interlude pour te prouver que j’ai des admirateurs un peu partout même au pays de la frite. Bon ce message qu’avait enregistré Alchemist pour moi date de trois ans lors d’un concert de Mobb Deep, mais c’est pour te prouver que mon son plaît à tout horizon. Il paraît même que ce jeune hystérique traîne sur le forum du site Rap2K.com en plus, enfin bref ce n’est qu’un détail.

Si t’es un bon vivant et que tu t’amuses comme moi je le faisais en ce jour de 2004 alors que j’étais en pleine tournée, la cruauté rapplique aussi sec et te remet les pieds sur Terre en te frappant en plein cœur. Je ne reverrai plus celle qui était tout pour moi, celle qui m’a mis au monde, qui m’a élevé et qui était ma plus grande confidente. Enfermé dans ma profonde tristesse, je lui rend hommage sur « I Still Love you » en faisant tout moi-même de bout en bout, mais aussi sur « Chase The Cloud Away » (produit par mon homie Alchemist). Je produis aussi quelques perturbations sur mon album notamment l’excellente introduction du disque (« I Know »), mais aussi « NC To CA », « Hot & Cold », ou à droite à gauche pour divers artistes, mais Alchemist m’a vraiment apporté tout son lot de tueries comme avec « Letyourselfgo » (où il lâche un couplet avec Phonte à mes côtés). D’ailleurs pour l’anecdote, c’était moi qui avait le blaze de Alchemist à une époque, mais j’ai changé et il a opté pour celui la. De toute façon le talent ne réside pas dans le nom, mais dans son génie de recrée l’univers parfait pour votre album. « Line Of Scrimmage », « Evidence Is Everywhere », tous sont calibrés à merveille pour moi, il est sans doute celui qui me comprend le mieux. Néanmoins je peux de toute façon aussi compter sur le discret Babu (« Things You Do »), troisième homme de mon crew, qui a toujours su manier les platines avec agilité et qui a appris beaucoup du scratch en côtoyant un temps un certain Madlib. Mais Joey Chavez et Bravo, plus connu sous le pseudo de Sid Roams, sont aussi souvent dans nos alentours quand tu entends une de nos tracks (« Believe In Me »).

J’suis sûr que vous allez apprécier mon travail en solo, car il est à l’image de ma superbe pochette sombre; un album purement Hip Hop à l’ambiance obscure et agité. La tempête Evidence va créer quelques dégât ça c’est net (« Perfect Storm » feat. Rakaa et Madchild). Mais bon ! A travers ces cumulus qui me gâchent la vie, je me rappelle parfois des beaux jours (« A Moment In Time » feat. Planet Asia) et j’essaie tout de même d’y entrevoir un rayon de soleil pour me dire que demain sera plus joyeux, plus tempéré.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :