Eminem presents The Re-Up (2007)

13 01 2007

On annonçait en 2005 un peu partout cette rumeur qui voulait qu’Eminem prenne prématurément sa retraite de rappeur pour uniquement rester confiné dans ses studios et se consacrer à la production. Cette hypothèse semblait fort probable après avoir annulé son passage par le Stade de France lors du Anger Management Tour 3 pour cause de dépendance aux somnifères, ainsi que la sortie d’un best of intitulé Curtain Call (compilant l’ensemble de ses tubes des albums antérieurs ajoutés de trois inédits). Lui qui avait focalisé et fait l’attraction de tous les médias pendant de longues années semblait tout d’un coup atteint d’une grosse fatigue. Il faut dire qu’il y a de quoi avoir le tourni surtout lorsque ces derniers temps la presse parle plus de votre relation conjugale que de vos projets. Et pour finir, le meurtre récent de son co-équipier des D12 et surtout meilleur ami Proof semblait perçu comme le coup de machette dans le dos qui l’achèverait.En 2006, on a quand même pu l’apercevoir à la production sur Second Round on Me d’Obie Trice et même l’entendre sur un morceau de ce disque qui n’a pas bien marché. Mais Interscope voulait vraiment revoir pour la fin de cette année sur le devant de la scène le vrai Marshall Mathers, celui qui défraie la chronique à chaque opus. A défaut d’obtenir un nouveau solo, Eminem a décidé d’exploiter le talent des membres de son label Shady Records, ainsi que ses nouvelles signatures qu’on ne connaissait que de nom pour le moment, pour sortir la mixtape Eminem Presents The Re-Up (Shady/Interscope/Barclay). Finalement le projet prend de l’ampleur et ce qui devrait être une simple mixtape se voit transformer en une compilation que se charge d’arranger Alchemist, le nouveau DJ affilié au label en remplaçant DJ Green Lantern. Premier single et première claque d’entrée de jeu avec « You Don’t Know », qui réunit 50 Cent, Cashis, Lloyd Banks. Et bien sûr le maître de cérémonie Eminem qui lâche ici un phénoménal couplet, débitant et virevoltant avec les mots sur un ton monocorde. Il produit lui-même ce morceau comme la plupart de ceux présents, épaulé par son fidèle musicien Luis Resto. Un tube qui marque le retour médiatique du clan Shady puisque « You Don’t Know » est en heavy rotation aussi bien en radio que sur les chaînes musicales. Déçu de ne pas pouvoir écouter un nouveau solo du phénomène de Détroit, mais néanmoins curieux de savoir ce que vaut ces nouvelles recrues.

Pour le savoir vous avez le choix d’écouter leurs solos respectifs ou leurs couplets sur les différents morceaux présents. « We’re Back » est le levé de rideau sur ce retour du label, où chacun des rookies pose un couplet pour s’affirmer. Cashis, le seul représentant de la Westcoast ici, est le premier à se lancer avec « Everything Is Shady » sur une production de son acolyte Rikanatti (tous deux faisant partis des Bogish Boys Gangstaz). Hormis l’envie de tout ravager sur son passage qui se lit assez facilement sur ses lèvres, l’enthousiasme ne semble pas vraiment prendre à l’écoute de ce morceau. Sur « Talkin’ All That » l’atmosphère macabre qui règne semble définitivement montrer le visage de ce nouveau venu, qui n’a rien d’extraordinaire mais qu’on découvrira sûrement mieux lors de son futur solo. Tout comme Bobby Creekwater et sa voix asséchée par le dur soleil de son Atlanta natal, qui à coup sûr ne nous lâche pas ce qu’il sait faire de mieux, avec un « There He Is » psychosomatiquement produit par Alchemist. Obie Trice est aussi de la partie même si on ne l’entend que sur des remixes, d’ailleurs qui sont plutôt nombreux comme sur celui de « Pistol Pistol ». Allez, on va pas se le cacher mais le plus prometteur semble être Stat Quo. Faut dire que depuis le temps qu’il a le buzz derrière lui et qu’il doit sortir son album Statlanta, des cheveux blancs on déjà poussé sur le crâne d’Eminem. Lâchant que des petites perles comme « By My Side » que lui a concocté Focus (le bras droit de Dr Dre à la production au sein d’Aftermath), l’ensoleillé « Tryin’ Ta Win », ou encore le tube de l’album, le glaçant « Get Low » produit par Dre himself.

En tête de gondole de la boutique Shady, Eminem et 50 Cent montrent l’exemple en rehaussant nettement le niveau de cette compilation un peu cafouillis. Tout d’abord avec ces deux duos « The Re-Up » (étrange consonnance avec le « Boom Boom Clap » de Crooked I d’ailleurs) et sur  » Jimmy Crack Corn » dans lesquels ils se lâchent bien. Mais Eminem surpasse le tout avec l’excellent « No Apologies », sur lequel il démontre bel et bien sa suprématie et la légitimité des reconnaissances qui lui ont été attribué tout au long de sa carrière. Mais n’oublions pas pour autant les D12, qui certes ont subit une grande perte avec le décès du pilier Proof, mais il ne faut pas les enterrer pour autant. Kuniva et Bizarre prennent la parole dans leur délire et ambiance ensanglantées des rues de Détroit qu’on leur connaît bien, pour 2min11 de meurtre auditif (« Murder »). Et Mr. Porter et Swifty pour un « Whatever You Want » assez soporifique malgré la pseudo rage dégagé dans le refrain. Sans oublier 1min de Proof, histoire de lui rendre un petit hommage sur ce projet et pour montrer qu’il bouffait quand même bien le micro. Pour le vrai hommage, ce sera sur le prochain disque des D12 qui sortira probablement cet été 2007.

Sans vraiment être intéressante pour tout amateur de Hip Hop, outre les remixes (« Smack That » feat Akon, « Cry Now », etc…) qui n’apportent pas grande chose, cette compilation contient quelques titres de qualité et permet surtout (comme il l’a déjà été dit) de mettre un coup de projecteur sur les nouvelles recrues du label Shady Records.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :