Custom Made – Sidewalk Mindtalk (2006)

13 12 2006

Je venais à peine d’arriver à Los Angeles que j’avais déjà mal au cou à force de regarder niaisement les palmiers qui jonchent la majorité des rues de cette cité. Le fait de ce voyage était en quelque sorte un pèlerinage la où Hip Hop rime avec fête, gangster, sexe et weed. Je découvrais cette ville les yeux pétillants et grands ouverts prêt à viser n’importe quel évènement qui pourrait s’y passer. Une grand-mère afro américaine tond son gazon qui avait l’air déjà bien court, en face un jeune soulève quelques poids qui semblent pourtant insupportables et à quelques pas de là un homme de race blanche (comme ils disent ici) apprend à faire des rollers à son fils. Tout semblait magique, les gratte-ciels de DownTown m’ont encore mis la tête dans les nuages et me font même oublier que pourtant les inégalités, les problèmes sociaux et ethniques sont bien présents.Mais le Hip Hop est là pour me le rappeler. La rage qui sort des enceintes, cette envie de dénoncer le système, de montrer qu’on existe, nous le peuple, de représenter son hood, son gang, cette révolution musicale à défaut d’être réelle, je la ressens à chaque coup de vent qui souffle sur moi. D’ailleurs cette représentation que je me faisais de cette ville avant d’y atterrir, était bien évidemment celle des films où les stars hollywoodiennes sauvent le monde, où Pamela Anderson vient vous sauver d’une noyade tout en pensant à la vie des ghettos et de gangster que chantaient NWA, Ice-T, ou encore Above The Law pour ne citer qu’eux. Mais ce contraste est indescriptible et inimaginable à sa plus juste valeur que si l’on fait le déplacement.

Au coin du 3400 Crenshaw Boulevard, je suis interpellé par un jeune qui traîne dans le coin et qui a pour blaze Skandalous Scoobs. Celui-ci étonné par ma nationalité française commence par me demander si j’aime le Hip Hop… Pour sûr qu’après lui avoir défini mes goûts en la matière, il entama un débat musical, sociétaire, quasi solitaire ne comprenant que la moitié de ses dires à cause de son accent, mais l’échange arrivait quand même à se faire. C’est alors qu’il m’expliqua qu’il fait partie du groupe Custom Made, qui fait beaucoup parler d’eux en ce moment dans les rues de la côte Ouest, mais que je ne connaissais pas du tout.

Composés de Sinister Six, Bluff, Element, Aneek et donc Skandalous Scoobs, les Custom Made ont réussi a engorger la ville de leurs mixtapes. Mais depuis peu de temps, ils ont de quoi en jouer, car en signant sur le label Babygrande (qui ne cesse de prendre de l’ampleur), c’est au niveau national voir international que leur réputation va pouvoir gonfler. En tout cas, c’est ce qu’espère Scoobs dans son explication qu’il me raconte d’un air de plus en plus éxcité. Les Custome Made vont montrer aux gens à travers leurs morceaux le vrai visage de la ville de Los Angeles, qui selon lui, est l’une des villes les plus encrassées des Etats-Unis. Cela me permettait sûrement de mieux cerner le style de vie dans la cité des anges qui abrite apparemment pas mal de démons.

En tendant l’oreille attentivement sur le meilleur de leurs sept mixtapes, avec cet album intitulé Sidewalk Mindtalk: The Best Of The Custom Made Mixtapes (Babygrande/Nocturne), on se rend vite compte qu’il nous disait vrai. Quelque chose de sombre et mystérieux sort de cette écoute, certains les comparent déjà au début des groupes comme Mobb Deep ou le Wu Tang. L’amour du Hip Hop se fait ressentir, mais comme me dit Scoobs, il baigne dans le milieu depuis l’âge de 12 ans. C’est la même pour ses acolytes ayant grandi ensemble, et que c’est plus que du Hip Hop qu’ils nous livrent, cette musique, ce qu’ils racontent, c’est leur vie! Le choix du nom de scène était simple, considérant que chacun a son propre style dans le Hip Hop, sa propre manière de rapper ou sa propre envie de raconter telle ou telle chose, ‘Custom Made’ sonnait parfaitement. Dans le groupe justement chacun a son profil: Aneek est le plus agressif, il se caractérise même comme le rolling stone du crew. Element est le revendicateur, celui qui se fait le porte parole du peuple en dénonçant de manière brutale le système politique. Bluff, le natif d’Inglewood, est le poète de la rue. Sinister Six est le vilain garçon de la bande. Quant à Scoobs c’est la bonne parole.

Cette signature sur un label alors qu’ils étaient durant de nombreuses années en indépendant a bien sûr des retombées. Ils ne peuvent pas se permettre tout ce qu’ils disaient ou revendiquaient par le passé, c’est ce qu’il m’explique avec la chanson d’Element « It’s Hard » qui a été retirée du projet car il s’en prenait à la maison blanche de manière peu courtoise. Mais l’album reste un concentré de morceaux de qualité qui vous plonge dans l’esprit révolté de ces cinq jeunes américains. En essayant de casser les stéréotypes que le Hip Hop subit et en racontant la vrai vie que vous avez, les choses qui vous arrivent chaque jour, il y a bien plus de gens qui s’identifient à vos morceaux; me dit Scoobs. Il a pas tort, me dis-je dans ma tête. Avant d’aborder un autre passant, il me rajouta que le CD contiendra également un DVD avec une sorte de reportage sur le groupe.

Et voilà! une rencontre impromptue qui me remis les pieds sur Terre, qui m’a permis de comprendre bien des choses sur les problèmes de la région et surtout qui m’a permis de découvrir un groupe talentueux qui risque fortement de percer quand ils sortiront bientôt leur véritable album. Une fois rentré dans cette hôtel qui m’apparaissait bien plus miteux qu’auparavant, je m’allongeai sur le lit les yeux dans le flou en repensant à cette conversation avec Scoobs et surtout à cette dernière phrase: « We’re a true hip-hop story: five kids who grew up together and all love hip-hop ».

Bénéficiant de productions de qualité, où on y retrouve notamment Necro, qui vous plongent parfaitement dans l’atmosphère dark du groupe, les Custom Made sont sans nul doute la révélation West de cette année.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :