Black Moon – War Zone (Revisited) (1999/2005)

12 07 2006

Après nous avoir fait vibrer au son de ses nombreux albums de qualité ces derniers temps, le label Duck Down Records nous ramène à l’aube du nouveau millénaire, plus précisemment en 1999, en rééditant un album qui marqua l’histoire du Hip Hop. Composé des trois soldats Buckshot (le leader), DJ Evil Dee (le producteur) et de 5 Ft. Accelerator (l’autre rappeur), le groupe en question porte le nom de Black Moon.

Une entrée sur scène en 1993 (avec ‘Enta Da Stage’), année phare du rap américain, leur avait valu une large reconnaissance méritée. On avait alors fait la connaissance d’une guérilla interstéllaire débitant sans retenue leurs verves rageuses. Après une longue attente de 6 ans, due au fait que Buckshot devait s’occuper du label et de ses artistes (étant lui même le CEO), le trio en remet une couche avec ‘War Zone’.Zone de Guerre en provenance de Brooklyn, le ton est donné. C’est un son de révolte qui se dégage des enceintes, orchestré par le collectif Da Beatminerz (dont Evil Dee fait partie), qui se charge entièrement de la production. Une vibe qui se veut nous faire rappeller le temps des débuts de cette musique, avec un parfum d’old school qui se fait sentir en utilisant la plupart du temps des samples de Curtis Mayfield, George Clinton, Kool & The Gang,… Mais comme le suppose aussi le nom du band, une ambiance sombre et pesante se fait ressentir.

Les invités sont tous aussi de renom et y ramènent leur propre talent, leur grain de voix, ce qui rajoute encore plus de punch à certains morceaux comme le phénomènal ‘The Onslaught’, où Busta Rhymes, qui s’occupe du refrain, laisse aller ses cordes vocales sans retenue :  »Feel the pressure burn a nigga like a Newport! ». Tout comme la rappeuse Heather B, toujours aussi surprenante d’énergie, sur le refrain de ‘For All Ya’ll’. Les collègues du Boot Camp Click sont bien évidemment de la partie à savoir les Cocoa Brovaz (Tek & Steele) sur ‘Frame’, Rock des Heltah Skeltah sur l’Outro, mais aussi un proche comme Louieville du groupe O.G.C. qui fuse sa folie verbale sur ‘Come Get Some’.

Outre une ptite démonstration d’Evil Dee piste 10, on y retrouve tout un tas de morceaux calibrés à faire des cratères dans votre cervelle, comme le single qui fit un véritable tabac ‘Two Turntables & A Mic’: un morceau qui reflète bien l’esprit hip hop et qui se savoure tel un cigare cubain. D’autres tracks comme celle-la vous amène en apesanteur, c’est le cas de ‘This Is What It Sounds Like (Worldwind)’ qui sur un tempo lent et ses rythmes orientaux vous plonge parfaitement dans l’univers des rappeurs de la Lune Noire.

D’autres poids lourd du mouvement font leur apparitions au cours de la lecture de ce disque: Q-Tip qui nous dit que l’on peut bouger sur le morceau ‘Showdown’ un peu partout et quand les M.O.P et Teflon rencontre les Black Moon, ca crée ce que l’on peut appeller le big bang: une énorme explosion ou également nommée ici ‘Annihilation’.

Une réédition de ce cultissime album, mais pourquoi? Surtout que seul deux morceaux inédits non titrés nous sont offert (des inédits posés que je vous laisserai le soin de découvrir). Surement pour attirer l’attention des nouveaux amateurs de hip hop sur ce groupe et les amener dans le vaisseau des fans du BCC, ou bien encore pour les anciens se rémémorer ce disque qui ne prend pas une ride avec le temps et qui reste un disque qui a fait bouger la culture Hip Hop.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :