Jin Presents: The Emcee’s Properganda (2005)

11 11 2005

Alors très côté dans l’underground new-yorkais, gagnant de nombreux battles grâce à ses freestyles étonnants, Jin, l’un des rares rappeurs sino-américains, était rentré dans le crew Ruff Ryders pour sortir son premier opus ‘The Rest Is History’. Malheureusement pour lui, le succès n’était pas au rendez-vous malgré la qualité de son album. Et la c’est le drame… ceci l’a poussé à prendre sa retraite, chose qu’il a déclaré dans le morceau officieux « I Quit ». On se dit alors triste sort pour un artiste aussi prometteur, mais selon lui les médias l’ont trop surrestimé. Bref il quitte le monde du rap mais dit continuer de rester dans le milieu du Hip-Hop. Et oui car on apprend peu de temps après qu’il revient tout simplement sous un nouveau blaze, The Emcee. On commencait à avoir une goutte de sueur sur le front dans les bureaux Rap2K, car on Nem beaucoup ce rappeur ici. Quel bout en train en fait! Mais que va-t-il se passer dans ce nouvel épisode….‘Jin presents the Emcee’s Proper?ganda’ est donc bel et bien son nouvel album mais cette fois-ci sorti en indépendant. Voyons donc un peu comment a-t-il évolué, modifié sa direction artistique dans cet album. Tout d’abord les productions, extrêment variées (quasiment toutes signés pas Golden Child), sont plus orientées dans un esprit old school posé: cela change amplement des bonnes instrus mais néanmoins formatées d’un Kanye West ou d’un Just Blaze ou Swizz Beatz comme c’était le cas dans son précédent. D’ailleurs Jin lui en place une sur le morceau « G.O.L.D.E.N » afin de montrer qu’il est aussi talentueux que d’autres plus reconnus. Le morceau le plus original point de vue lyrics est sans nul doute le très bon « Top 5 (Dead Or Alive) » dans lequel Jin explique très justement, en énoncant d’une certaine manière l’historique du Hip Hop, que bien que tout le monde essaie d’être le meilleur MC et que tout le monde a son top 5 préféré, chacun a apporté quelque chose et que donc il n’y en a pas vraiment un meilleur que l’autre. Un concept assez remarquable.

Jin semble être plus sage, parlant toujours de son environnement, du milieu du Hip Hop mais se déclare aussi un peu plus personnellement comme dans « My First Time », qui raconte ses débuts dans le rap, ses premières rimes et même sentimentalement en encourageant la gente féminine avec « Foolish Little Girls ». Si vous n’êtres toujours pas convaincu, écoutez « Carpe Diem » ou encore « No Concept » sur une production soufflée à la flûte de pan et de percussions exotiques: une track énorme où viennent l’épauler les seules invités que sont Yungmag et LS.

Jin est donc revenu humblement, sans gros noms de la prod, ni gros featurings, afin de prouver ce qu’il valait, et on ne peut qu’être impressionné par le résultat. Un album frais pour un artiste bourré de talent, véritable coup de coeur, on attend déjà la suite…


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :