DPG (Tha Dogg Pound) – Dillinger & Young Gotti (2001)

11 11 2005

Depuis 1995 avec l’énorme classique ‘Dogg Food’, Kurupt et Daz Dillinger étaient tout deux partis de leurs côtés pour des albums solos. Il aura donc fallu attendre six ans afin de voir le retour du groupe sous le nom de D.P.G. (Dogg Pound Gangsta) cette fois-ci dans l’écurie de Snoop Dogg, Doggystyle Record (Tha Dogg Pound étant resté la propriété de Death Row). Et comme tout le monde le sait, ce n’est pas si facile de quitter le label de Suge Knight… Une attente justifiée en somme. On connait tous la recette de ces albums G-Funk made in Westcoast, et pourtant le ‘déjà entendu’ ne rime pas forcément avec lassitude. La preuve, les deux lascars nous sortent encore un album digne de leur réputation et qui commence très fort après une petite intro qui semble dire « c’est nous que voilà, attention ça va chier ». ‘Dipp Wit Me’ sort des enceintes avec ces grosses basses et le flow des deux chiens enragés accompagnés du cousin de Snoop, RBX, déjà connu pour ses prestations sur ‘Chronic’ et ‘Doggystyle’. Justement côtés featurings, on peut croiser la voix d’Xzibit sur ‘We Living Gangsta Like ‘ ou même Roscoe et Beanie Sigel sur ‘Best Run’ histoire de montrer qu’on est en 2001 et que la rivalité East/West n’a plus lieu. Daz a produit la totalité de l’album, il est cependant épaulé la plupart du temps de Mike Dean, musicien qui a travaillé sur de nombreux albums tel ceux de Scarface, Do Or Die, ou encore le ‘Lunitik Muzik’ des Luniz. Daz qui n’a évidemment pas oublié le jeu du « j’appuie longtemps sur le synthé et met des petites sirène à tout va » comme dans l’entrainant ‘Coastin’ ou ‘Gitta Stripin’.

Bien évidemment ,cet album est en mode « crips style », il suffit d’écouter ‘C-Walkin Cha Cha Cha’ ou la tuerie ‘D.P.G.’ qui place une petite ‘dédicace’ pour Suge Knight au passage. Et donc hormis la pochette de couleur bleue, les lyrics tourne bien sûr toujours autour de violence des gang, de sexe (« You’re Just B.I.T.C.H. », « Work Dat Pussy »), de fumette ou d’argent. Chacun a également son morceau solo: Kurupt nous lache un puissant ‘i’ma Gangsta’ alors que Daz y va plus mollo mais avec toujours des lyrics acérés sur ‘Here We Are/Go Killem’ samplant les chants indiens. Les deux cabots savent aussi faire des morceaux plus calmes comme ‘At Night ‘, ‘Shit Happenz’ voire le touchant ‘There’s Someway Out’ avec une présence féminine sur le refrain, mais aussi des morceaux festifs comme le surprenant ‘Party At My House’, un cocktail de Disco et de G-Funk.

Bien que cette pâtée semble moins fructueuse que la précédente sûrement du aux absences de marque comme Snoop Dogg ou Nate Dogg, ce ‘Dillinger & Young Gotti’ ne nous laisse pas indifférent, et c’est là qu’on se dit qu’ils ont bien fait de revenir. Et voilà ca se termine par l’outro, même mélodie du début mais cette fois-ci qui semble dire « on vous avais prévenu c’est du lourd, mais vous êtes dégoûté c’est déjà fini hein !». Mais ils lisent dans nos pensées c’est pas possible!


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :