The Game – Untold Story (2005)

11 01 2005

Avant de sortir son premier opus « The Documentary » dans la cour des grands avec le label Aftermath, The Game aka Jayceon Taylor, nous dévoile quelques semaines plus tôt un ensemble de ses morceaux enregistrés avant sa signature il y a environ 1 an et demi voir plus; et c’est avec des oreilles attentives que l’on écoute cet album afin d’avoir sans doute un avant goût du flow que l’on retrouvera dans son opus suivant.

Mais contrairement à ce que l’on pourrait s’attendre, cet album est totalement différent de part les tonalités et incomparable avec le nouveau. Et pour cause, les producteurs ne sont pas les mêmes, pas l’ombre d’un Kanye West, d’un Just Blaze, ou d’un Dr Dre sur ce solo. Non, The Game commençait tout juste de rapper depuis 6 mois : ces enregistrements datent d’avant sa signature Aftermath.

Ayant grandi a Compton, l’un des pires ghettos de la Cité des Anges mais qui n’en regorge pas moins d’innombrables talents, Game est influencé par des artistes comme N.W.A, Kool G. Rap, Big Daddy Kane, ou des albums comme The Chronic, Doggystyle, etc… C’est donc tout naturellement que Game tient des lyrics plutôt gansgta dans ses morceaux, de part son environnement, ses influences (comme dans « Real Gangstaz » ou il se compare à certaines figures emblématiques, personnes célèbres), tout en utilisant des formules que font plus souvent les rappeurs de la Eastcoast comme des métaphores et autres tournures.

‘Untold Story’, où Game avant sa conversion chez Aftermath/G-unit, ici on a des productions bien Westcoast et un flow plus fluide et sans retenue, avec à signaler un changement de voix probablement due à la weed, entre cet album et « The Documentary », comme avait eu 50 Cent entre ‘How To Rob’ et ‘In Da Club’ (mais lui c’était pour les raisons que l’on connait). Bref ici c’est un album avec les sonorités de la Bay, avec comme producteur exécutif JT the Bigga Figga, qui revendique être la première personne à l’avoir découvert et qui lui a donné la possibilité de sortir un cd.

La plupart des productions sont signés par Sean T et la présence de featuring tel que San Quinn, Young Noble, Blue Chip, font toute la force de cet album plutôt bon, solide à l’image du morceau « Street Kings » en feat avec Get Low Playa, qui sans doute ne plaira pas à tout ceux qui croiront entendre le Game d’aujourd’hui avec « Westside Story » ou « How We Do », mais qui plutôt satisfera certains amateurs de rap Westcoast.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :